Conférence Luisa Valenzuela « L’écriture et le masque: littérature, femmes et politique »

26 octobre 2017 – Resp. Thérèse Courau

 

Notre équipe CEIIBA a accueilli la célèbre écrivaine argentine Luisa Valenzuela dans l’axe « Contre-archives » de notre programme de recherche. Cette invitation fait suite à celles de Cristina Rivera Garza en 2014, Ana García Bergua en 2015, Cecilia Eudave en 2016, une tradition qui participe à la reconnaissance des autrices et des femmes dans le champ littéraire. La conférence, présentée par la professeure Marie-Agnès Palaisi et dirigée par la professeure Thérèse Courau, s’est divisée en trois parties : une présentation de l’œuvre de Luisa Valenzuela, puis un ample entretien pris en charge par la professeure Courau sur le concept de la « máscara » dans la littérature de Valenzuela et, finalement, un débat auquel a pris part la nombreuse assistance.

Dans la présentation, Thérèse Courau a parcouru l’œuvre de Luisa Valenzuela et ses principales thématiques ainsi que la manière dont les évènements politiques – depuis la présidence de Perón jusqu’à la répression de la dictature argentine – ont marqué la production de Luisa Valenzuela. Selon ses propres mots, l’autrice écrit « contra aquellos que creen tener todas las respuestas » (contre ceux qui croient avoir toutes les réponses), une façon de voir la littérature qui problématise les rapports de pouvoir et croise les autoritarismes politique et patriarcal comme des mécanismes qui exercent une double censure sur l’énonciation des femmes.

Dans l’écriture du politique, nous pouvons citer notamment Aquí pasan cosas raras (1975), roman dans lequel elle dénonce la montée de l’autoritarisme en Argentine. Pendant la dictature, l’autocensure s’accentue et Valenzuela s´exile aux Etats-Unis où elle publie Cambio de armas (1982). A cette époque, elle se concentre sur la figure de López Rega avec son livre Cola de lagartija (1983), un de ses romans les plus connus. Valenzuela se montre alors comme l’une de représentantes majeures de la littérature de la dictature. A son retour en Argentine, elle continue à publier sur la thématique de « la politique de l’oubli » avec, par exemple, Realidad nacional desde la cama (1990) et Novela negra con argentinos (1990). Dans ses publications plus récentes, La travesía (2001) et El mañana (2010) thématisent la marginalisation des femmes du champ littéraire.

L’entretien sur la thématique L’écriture et le masque. Littérature, femmes et politique, a été l’occasion pour elle de revenir sur un thème qui ponctue comme une obsession toute son œuvre: le masque et ses diverses implications dans les mécanismes de pouvoir.

Il y a d’une part, le masque, comme intermédiaire entre le sacré et le profane, entre la psyché et l’extérieur, voile et dévoile, nous permet d’être toujours plus nous-même. Le masque est vivant, il récolte toutes les énergies et c’est en cela qu’il s’apparente au langage et à la parole. Ni l’un ni l’autre ne sont innocents, ils sont chargés d’une énergie qu’ils communiquent, de nombreux substrats qui leur confèrent leur pouvoir. L’autrice propose ainsi une descente dans les profondeurs des substrats du masque et en retire des processus d’appropriation et réappropriation du masque, intimement liés aux rapports de pouvoir.

Il y a d’autre part, le masque et le rapport des gouvernements autoritaires au secret, à la confiscation des paroles. L’enfance de Valenzuela au milieu des écrivains argentins les plus reconnus dont Borges, pour qui la politique dans la littérature était un anathème ; puis la jeunesse et « les amis de gauche », dans un contexte chaque fois plus répressif caractérisé par l’imposition du silence. Enfin la conviction qu’il faut écrire pour comprendre, ajouter des tons de gris contre le manichéisme masculin. La publication de Cambio de armas, puis, Cola de lagartija et, bien plus tard, La máscara sarda. El profundo secreto de Perón sont le reflet de la volonté de comprendre et de briser le silence.

Enfin, surgit la proposition de « la escritura como máscara », entre le dit et le non-dit, qui dévoile ce que l’on sait mais dont on ne veut pas parler, qui crée une brèche dans le silence général. L’écriture devient un outil pour démasquer les abus d’un système autoritaire qui se construit sur le silence. Valenzuela a ainsi parlé du masque, dans sa matérialité, qui prend part au jeu de l’écriture avec le corps, les hormones, les frissons et l’émotion. Ce masque, symbole la réunification de l’esprit et du corps qui donne lieu à la création verbale et littéraire, à la parole contre le silence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.