Atelier épistémologique « Nos archives », 17 novembre 2017

L’objet de cet atelier était de déterminer une orientation épistémologique qui traverse l’ensemble des préoccupations scientifiques du laboratoire CEIIBA. Les « savoirs situés » de Donna Haraway semble être une piste fédératrice qui, en réalité, anime certainement déjà nos démarches d’investigation. Les « savoirs situés » sont nés en réaction aux courants de pensée hégémoniques. Ne nous y trompons pas cependant, il ne s’agit pas de remettre en question pour autant la notion d’objectivité. Au contraire du relativisme postmoderne, elle vise une certaine objectivité à condition de redéfinir cette notion. L’objectivité ne serait plus le fruit d’une réflexion dominante, surplombante depuis une dynamique verticale mais le résultat de trois postures synchroniques :

une prise en compte de la contingence historique radicale de toutes le prétentions au savoir et de tous les sujets connaissants, une pratique critique qui permette de reconnaître nos propres ‘technologies sémiotiques’ de fabrication des significations, et aussi l’engagement sans artifice pour des récits fidèles d’un monde ‘réel’.

Pour cela, il faudrait reconquérir le sens de la vue, adopter une vision du monde qui  accepte sa condition parcellaire. Nous ne sommes plus objectifs parce que nous adoptons un regard totalisant sur le monde mais parce que nous acceptons la validité non seulement de notre regard -ce qui engage notre responsabilité- mais aussi de celui des autres -ce qui nous rend vulnérables. Cela débouche ainsi sur une objectivité co-construite. Dans cette perspective, trois problématiques se font jour. La première, le privilège du sujet assujetti. Celui-là a l’expérience de la censure, de l’oppression et est donc un porteur plus objectif car moins susceptible d’autoriser le déni du noyau critique et interprétatif de tout savoir. Il est ainsi plus transformateur. Et étant donné que les sujets assujettis n’ont pas un point de vue homogène, ils ne peuvent pas construire une autre totalité. Par ailleurs, la praxis suppose des savoirs non immédiats, c’est-à-dire non hérités, puisqu’ils sont soumis à la construction, à l’expérience, au savoir-faire. La deuxième problématique est la question de l’ « égalité » de positionnement. Il s’agit-là d’une illusion qui nous déresponsabilise. Le savoir s’inscrit, en effet, dans des technologies héritées dont il faut avoir conscience. La troisième problématique est celle de l’autorité scientifique. En tant que chercheurs, depuis notre tour de contrôle, ne risquons-nous pas de produire des énoncés dialectiques, certes, mais unilatéraux et fermés ? De nous obstiner à trouver la solution aux noeuds qui nous préoccupent ? Or, les connexions entre « savoirs situés », nous dit Haraway, sont susceptibles de nous ouvrir des portes inattendues. Voilà qui nous mène vers notre dernier point. Parmi ces conversations souhaitées, il faudrait rajouter celle qui se tisse avec l’objet de connaissance car « accepter la capacité d’action des ‘objets’ étudiés – souligne l’auteure- est le seul moyen d’éviter de grossières erreurs et toutes sortes de représentations mensongères ». Pour conclure et en ce qui nous concerne, les « savoirs situés » impliqueraient la (re)considération des discours et objets parfois peu visibles voire invisibles (c’est-à-dire peu perceptibles voire imperceptibles dans les sociétés), la création d’interactions entre réseaux de savoirs pour tendre vers l’objectivité, et l’engagement de notre responsabilité dans la production de nos propres discours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.