Séminaire CEIIBA « Fray Juan Agustín Morfi et l’archive : consultation, création, reconstitution (Nouvelle-Espagne, XVIIIe siècle) » – 16 juin 2017

Fray Juan Agustín Morfi naît à Oviedo, dans les Asturies, en 1935 et meurt à Mexico en 1783. Il arrive en Amérique en 1755 ou en 1756. À ce jour, nous ne connaissons ni la date exacte ni les raisons qui l’ont poussé à quitter la Péninsule. De même, nous ignorons s’il est arrivé directement en Nouvelle-Espagne ou s’il est passé par d’autres territoires. Ses activités en Espagne et en Amérique sont encore très floues, jusqu’au 20 mars 1760, où il prend l’habit franciscain au Grand Couvent de Mexico.

À partir de ce moment là, Morfi devient une figure de plus en plus présente dans le panorama franciscain de la capitale novo-hispanique, mais aussi parmi les élites intellectuelles de l’époque. Il est professeur au Collège de Santa Cruz Tlatelolco, mais aussi prêcheur, traducteur, copiste. Il lit et écrit abondamment.

Pour des raisons qui restent encore obscures (bien que nous ayons pu élaborer dans notre thèse un certain nombre d’hypothèses des plus plausibles), Théodore de Croix, nommé Commandant Général des Provinces Internes en 1776 (lors de la création de cette nouvelle subdivision administrative regroupant les provinces les plus au nord de la Nouvelle-Espagne), choisit Morfi pour l’accompagner en tant que chapelain lors de son expédition de reconnaissance de ces territoires. L’expédition devait partir de Mexico pour arriver à Arizpe, dans la province de Sonora, capitale de la nouvelle Comandancia General. Réticent à l’idée de quitter son couvent, Morfi finit tout de même par accepter de suivre Théodore de Croix. L’expédition part donc de Mexico le 4 août 1777 pour arriver à Arizpe en novembre 1779. Morfi reste aux côtés de Théodore de Croix jusqu’en février 1781, lorsqu’il apprend qu’il vient d’être élu Gardien du Grand Couvent franciscain de Mexico. Il entreprend donc seul son voyage de retour à la capitale novo-hispanique, qu’il regagne cinq mois plus tard.

Morfi est un auteur très prolifique, c’est pourquoi nous avons concentré nos recherches sur les écrits issus de sa participation à l’expédition des Provinces Internes, à eux seuls déjà très nombreux.

La production se décline en deux types d’écrits, que nous avons choisi de nommer « majeurs » et « satellites ». Les écrits « majeurs », c’est-à-dire les plus denses, imposants et riches, sont au nombre de quatre :

    • Diario y derrotero (1777-1781)
    • Viaje de Indios y Diario del Nuevo México (inachevé)
    • Relación histórica y geográfica de la Provincia de Tejas o Nuevas Filipinas (1673-1779)
    • Memorias para la historia de Texas (achevées à la mort de Morfi en 1783)

Les écrits « satellites », d’une extension bien plus réduite (d’un maximum de 30 pages, ou folios pour les manuescrits), sont des textes qui viennent graviter autour des quatre principaux, soit pour les compléter soit car ils apparaissent comme des épreuves, des brouillons. Ces écrits sont les suivants :

  • Apuntes sobre Durango, Chihuahua y Coahuila
  • Compendio del Viaje
  • Consideraciones que fray Juan Agustín Morfi hace sobre la manera de asegurar la línea de fronteras de Nuevo México y demás Provincias Internas
  • Derrota desde San Felipe el Real de Chihuahua, situada a los 28°40’ de latitud boreal sobre 270°49’ de longitud en la provincia de la Nueva Vizcaya, hasta el pueblo y misión de Arizpe, situada a los 30°30’ de latitud ídem, sobre 266°22’ de longitud en la provincia de Sonora (30 septembre – 13 novembre 1779)
  • Descripción de Arizpe
  • Descripción del combate de Santa Rosa (20 mars 1778)
  • Descripción del Nuevo México
  • Descripción del Real Presidio de San Juan Bautista (daté du 23 janvier 1778)
  • Desórdenes que se advierten en el Nuevo México
  • Límites del Obispado de Sonora

Pour élaborer ses écrits, Morfi adopte une démarche similaire à celle d’un historien. Sa démarche est assez systématisée et, à chaque qu’il entre dans une nouvelle localité, il se renseigne notamment sur les populations et la démographie, l’accès à l’eau et les moyens de communications, l’économie, l’histoire, les personnages importants, l’organisation spatiale, politique, sociale et sur l’architecture et les arts.

Ses écrits se fondent sur ses propres observations (exception faite de ceux portant sur le Nouveau-Mexique, province qui ne fait pas partie de l’itinéraire emprunté par l’expédition), sur des témoignages oraux et des documents édités ou manuscrits. Précisons d’ailleurs que les lectures de Morfi sont très nombreuses et sur des thèmes extrêmement variés. Ainsi, Morfi réalise également un ample travail d’archive qui vient nourrir sa réflexion et sa production écrite.

Au-delà de cela, les écrits de Morfi acquièrent eux aussi le statut d’archive dans la mesure où le franciscain élabore un véritable projet d’écriture à visée, en partie, de témoignage. Ce projet subit des modifications et « s’élargit » au fur et à mesure de l’évolution de son statut au sein de l’expédition. Son rôle initial dans l’expédition le mène tout d’abord à élaborer un travail qui s’apparente à celui de l’enquête religieuse. En effet, au départ, il devait participer à l’expédition afin de réaliser des rapports sur l’état des missions des provinces du nord qui devaient ensuite accompagner ceux envoyés par Théodore de Croix à la Couronne. Par la suite, Morfi ne se limite plus à la sphère de l’évangélisation et élargit sa production à l’histoire du Texas et du Nouveau-Mexique pour être intégré au projet de Juan Bautista Muñoz d’élaboration d’une histoire de l’Amérique depuis l’arrivée de Christophe Colomb. L’entreprise menée par Muñoz ayant échoué, Morfi s’en extirpe et réoriente à nouveau son projet pour lui donner une plus grande ampleur et pour y prendre en compte un lectorat encore plus large. Ce projet sera inachevé, en raison de la mort prématurée du franciscain.

Les recherches sur Morfi représentent un réel défi dans la mesure où il s’agit d’une archive difficile à reconstituer. En effet, les informations et les sources sont disséminées sur l’ensemble de l’Amérique et de l’Espagne. De même, certaines archives ont disparu, comme conséquence de la desamortización menée dès la fin du XVIIIe siècle et accrue au XIXe siècle, lors de la Révolution d’octobre 1934 dans les Asturies et de la Guerre Civile espagnole. Au Mexique, la révolution du début du XXe siècle, puis la destruction du grand couvent franciscain sous la présidence de Benito Juárez ont également provoqué la disparition de certaines archives. Par ailleurs, de nombreux documents ayant appartenu à Morfi ont été réunis par la collectionneur Alfredo Chavero, mais ceux-ci ont été disséminés et perdus à la mort de ce dernier.

Le résultat de cette difficulté à réunir les informations est la persistance de certaines zones d’ombre concernant la vie et l’œuvre de Morfi. Peut-être un jour parviendrons-nous à réunir toutes les données le concernant et à lui rendre ainsi l’intégralité du prestige qu’il a connu de son vivant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.