“La perspectiva de género: modos de leer, escribir y subvertir en tres escritoras mexicanas” (Rencontre avec María Elena Madrigal, 30 octobre 2018)

Par: Flavia Tijerino Pérez

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observedepuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexiqueainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigalqui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Sonrecueil de récits courts Contarte enlésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en estl’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observe depuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexique ainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigal qui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Son recueil de récits courts Contarte en lésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en est l’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de l’humour, Madrigal remet en cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au sein de couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout) déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?

, Madrigal remeten cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au seinde couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout)déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.