Séance 1 Seminaire “Interroger sa source dans les Études Ibériques, Ibéro-américaines et Romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets”. 16 novembre 2018, Ut2j.

Quel que soit son thème et son domaine de recherche, le chercheur est amené à se confronter à une source primaire d’étude à partir de laquelle il construira son discours et sa réflexion. Chroniques, documents d’archives, récits, œuvres littéraires, documents iconographiques ou audiovisuels, etc., sont autant de sources qui possèdent des caractéristiques propres et qui, par conséquent, requièrent des approches méthodologiques particulières, qui pourront, en outre, varier en fonction des objectifs et thématiques de chaque chercheur. Le propos de ce séminaire sera d’examiner comment les jeunes chercheurs en Études Ibériques, Ibéro-américaines et Romanes, interrogent leur source afin d’en extraire la substance et d’en faire une interprétation et exploitation pertinentes et satisfaisantes.

La première séance de ce séminaire s’est tenue le 16 novembre 2018 et a été animée par Antoine Sénéchal et Agatha Mohring, autour de la thématique suivante : « Trouver ses sources dans les archives et les collections espagnoles : époque moderne, époque contemporaine et temps présent ».

Antoine Sénéchal (EHESS – Casa de Velázquez). « Guide de recherche et d’analyse des archives espagnoles de la Monarchie des Habsbourg et des Bourbons »

À l’époque moderne, l’Espagne développe une remarquable armature diplomatique et administrative où l’acte d’écrire devient un véritable instrument de pouvoir, contribuant ainsi à faire du monde hispanique un véritable « empire de papier » (G. Gaudin). De nos jours, le pays conserve toujours une quantité d’archives exceptionnelle. Ces archives figurent parmi les patrimoines les mieux conservés au monde.

Antoine Sénéchal, par le biais d’une description du fonctionnement du système administratif espagnol et ses évolutions lors du règne des Habsbourg puis des Bourbons, s’est attaché à proposer une sorte de guide au jeune chercheur désireux de s’y retrouver dans ce « labyrinthe » d’archives afin de l’aider à localiser et analyser les sources. Il a notamment évoqué les données matérielles, politiques et historiques qui présidaient à la production d’un document donné, dont il faut obligatoirement tenir compte pour envisager d’en faire une exploitation pertinente (type de document, auteur, contexte, historicité, etc.).

Documents d’accompagnement : Présentation PowerPoint, Typologie des documents administratifs sous les Habsbourg, Bibliographie/Sitographie

Agatha Mohring (LLA-CREATIS, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès). « La bande dessinée espagnole du XXe siècle comme source : quelles spécificités de la consultation et quels enjeux ? »

Agatha Mohring s’est attachée à analyser et mettre en évidence la valeur que peut avoir la bande dessinée espagnole dans l’optique d’études de civilisation, dans la mesure où elle reflète à sa façon l’évolution des mentalités, des codes et structures sociales et politiques espagnoles depuis le début du XXe à nos jours.

À partir d’un corpus riche et varié, cette communication a permis d’insister sur la façon dont la bande dessinée a constitué à la fois un média de divertissement et de revendication politique et un support d’endoctrinement moral et idéologique. Elle véhicule des stéréotypes de classes et de genres, notamment, durant le franquisme, ceux d’une société « idéale » dans laquelle les femmes seraient reléguées à une position subalterne et infantilisante. Dans les années 1940-1960, on y retrouve également les phénomènes de censure et de propagande politiques et idéologiques du franquisme. Enfin, la subversion de ces modèles de bande dessinée par le cómic underground, caractéristique de l’émergence d’une contre-culture et de la Movida, a également été abordé.

Par ailleurs, les aspects formels/esthétiques ainsi que les méthodes et problématiques de consultation, exploitation et interprétation de ces sources ont aussi été évoqués. D’une part, Agatha Morhing a donné des clés d’analyse de l’évolution de l’articulation entre texte et image. D’autre part, elle a présenté la variété et la spécificité des différentes collections dans l’optique de guider les étudiants intéressés par cet objet d’étude : les hémérothèques, les collections de la Biblioteca Nacional de España, les collections privées, les recueils, les réseaux de distribution des publications underground, les initiatives européennes de catalogue et de recherche sur la bande dessinée espagnole (Tebeosfera, PACE).

En conclusion, soulignons le caractère novateur et précurseur de ce type de recherches qui, en plus de donner à la bande dessinée une légitimité artistique, esthétique et littéraire dans le domaine de la recherche en civilisation, contribue à décloisonner les approches épistémologiques en mettant en relief sa valeur culturelle et historique.

Par Emilie Cadez et Shems Kasmi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.