Séance 2 Séminaire “Interroger sa source dans les études ibériques, ibéro-américaines et romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets”. 1er février 2019, UT2J.

Thématique de la séance 2: “Réécriture, intertextualité, traduction”

Johan Puigdengolas, CEIIBA: “Dans l’épaisseur d’une compilation: aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes”

Dans le cadre du séminaire méthodologique organisé par le CEIIBA, Johan Puigdengolas a présenté une communication intitulée : « Dans l’épaisseur d’une compilation : aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes. ». Le Setenario (c. 1282-1284) d’Alphonse X (1252-1284) est un traité encore peu étudié. À travers quelques exemples choisis, il a présenté quelques-unes de ses hypothèses de travail et résultats de recherche. En accord avec la dynamique générale de ce séminaire, il nous a fait part de son point de vue sur quelques aspects méthodologiques liés à l’identification et à la problématisation à partir d’un travail d‘identification de sources.

Dans un premier temps, Johan Puigdengolas a proposé une présentation générale de la problématique des sources au Moyen Âge. Il a rappelé qu’au Moyen Âge, toute littérature cultive le plaisir de la redite. N’ayant pas de conscience du texte comme unité close, attribuée à un auteur, les hommes du Moyen Âge privilégiaient la familiarité à l’inédit. Les écrits de cette période sont donc en grande partie le fruit d’emprunts directs ou indirects à des œuvres antérieures. Le travail sur les sources suppose de composer avec trois données : l’écart entre le contexte culturel dans lequel un écrit est produit et la langue de rédaction de celui-ci, le décalage existant entre la tradition orale et la culture écrite, et enfin, le prisme de la mémoire ou « degré de citation » qui dépend de la source employée pour réaliser le texte cible (florilège, compilation, commentaire).

Le Setenario correspond à ces usages puisqu’il est une réécriture du contenu de la Primera Partida. Néanmoins, alors que les versions successives des Partidas ont été écrites dans des contextes clairement identifiés (ida al Imperio, rébellion des nobles et luttes de succession), les motivations ayant mené Alphonse X à composer le Setenario restent obscures. Le fait que le textenous soit parvenu sous forme lacunaire et inachevée, la grande hétérogénéité de ses contenus ainsi que le manque d’indices probants quant aux circonstances de sa composition ne favorisent guère sa compréhension. Le texte comprend plusieurs segments thématiques qui sont harmonisés entre eux par des artifices discursifs et un procédé formel nouveau : le septénaire ou énumération de sept réalités. Cette forme particulière renvoie à une multiplicité de référents. Elle favorise également la portée mystique sous-jacente dont l’ambiguïté va constamment peser sur l’abord de l’œuvre. Johan Puigdengolas a ensuite proposé des études de cas en distinguant sources formelles et sources effectives du texte. Il a suggéré que la structure générale du traité, inspirée en premier lieu du droit romain a été retravaillée à partir d’apports aussi divers que les Saintes Écritures, les index de noms bibliques ou encore l’ars dictaminis. Pour ce qui est des sources effectives du texte, il a présenté quelques exemples, notamment celui des citations bibliques, qui lui ont permis de mettre en relation des éléments d’analyse à l’échelle micro-textuelle avec une étude générale du sens de l’œuvre. Il a ainsi estimé que la prééminence des citations extraites du Nouveau Testament était à mettre en relation avec la dynamique générale de ce traité, dans lequel on entend démontrer la véracité du dogme chrétien à travers une étude du phénomène religieux.   

En guise de conclusion, il a été suggéré que le Setenario constitue un cas particulier dans le corpus alphonsin puisqu’il est à la fois la réécriture de plusieurs textes attribués à Alphonse X lui-même, mais également une compilation nouvelle qui puise à des écris divers. Il renouvelle donc la première partie des Siete Partidas, en insistant tout particulièrement sur les questions religieuses. La part des clercs dans la production du texte reste à étudier. Il est ressorti de cette étude que la prééminence d’œuvres d’Alphonse X parmi les sources, que ce soit pour le fond comme pour la forme, invite à considérer le Setenario comme un digeste. Le texte, outre le fait qu’il soit explicitement présenté comme un miroir des princes, est avant tout destiné à l’enseignement. Il constitue une mise en ordre de l’ensemble de la production d’Alphonse X, ouvrant la voie à une analyse des phénomènes d’intratextualité dans le corpus attribué au roi savant.    

Ouvrages d’appui méthodologique :

BERLIOZ, Jacques (ed.), Identifier sources et citations, Turnhout, Brepols, 1994.

COMPAGNON, Antoine, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979.

CR réalisé par l’intervenant

Thomas Brignon, FRAMESPA: “Un long Moyen Âge amérindien? Interroger les récits exemplaires traduits en guarani dans les missions jésuites du Paraguay (XIIIe-XVIIIe siècles)

Pour le ou la jeune chercheur.e en Études Ibériques ou Ibéro-américaines, les sources traduites constituent toujours un défi. En effet, s’intéresser aux traductions suppose par définition de se confronter non seulement à deux langues (ou plus) mais également à deux textes, voire à deux auteurs et donc, à deux contextes historiques et culturels (ou plus). Comment, dès lors, saisir cette pluralité et en tirer parti ?

En concentrant notre propos sur les époques médiévale et moderne, où la traduction collaborative est la norme, nous commencerons par évoquer la grande variété de perspectives méthodologiques qui s’offrent à tout.e traductologue : étude socio-historique des conditions matérielles dans lesquelles travaille(nt) le(s) traducteur(s), analyse stylistique et linguistique des choix de traduction, examen pragmatique et anthropologique de l’impact réel des textes traduits sur les langues et cultures-cibles.

Une fois ce vaste cadre méthodologique posé, nous l’appliquerons à un cas concret : la co-traduction de récits exemplaires religieux par les missionnaires jésuites et leurs collaborateurs indiens dans les missions du Paraguay. Nous évoquerons le cas emblématique du Sicilien Paulo Restivo et du Guarani Nicolás Yapuguay pour montrer comment, en plein XVIIIe siècle américain, le contexte d’évangélisation réactive des expériences de traduction issues du XIIIe siècle castillan, qu’il s’agisse des méthodes de travail, des récits exemplaires eux-mêmes ou encore des représentations et pratiques culturelles qu’ils promeuvent.

Dans quelle mesure ces continuités nous permettent-elles, par conséquent, de parler de la traduction collaborative comme du vecteur d’un « long Moyen Âge amérindien » ?

CR réalisé par l’intervenant


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.