SÉANCE 3 SÉMINAIRE «INTERROGER SA SOURCE DANS LES ÉTUDES IBÉRIQUES, IBÉRO-AMÉRICAINES ET ROMANES. RÉFLEXION MÉTHODOLOGIQUE À PARTIR DE CAS CONCRETS». 15 MARS 2019, UT2J.

Thématique de la séance 3: “Construction de stéréotypes”

Emilie Cadez, CEIIBA, UT2J: « L’ennemi ‘Apache’ »

Les « Apaches » comme nous les pensons aujourd’hui n’existent pas. Il s’agit d’avantage d’une construction culturelle très influencée par les récits du XIXe siècle, mais aussi par les films de western hollywoodiens. Les travaux de recherche, notamment ceux menés par Sara Ortelli (Trama de una guerra conveniente: Nueva Vizcaya y la sombra de los apaches (1748-1790), México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2007), ont prouvé qu’il s’agissait davantage d’une tentative d’englober plusieurs familles, dont les structures sociales et politiques divergent souvent, sous la même étiquette. Il s’agit donc de populations plurielles et non d’une seule et même entité. Populations, donc, guerrières (finalement seule caractéristique qui nous ait été transmise), elles ne s’autodénominent pas « Apaches », appellation venant du terme zuñi « apachu », signifiant « ennemi ». Et c’est celle qui a été retenue par les Espagnols. Ces populations étaient donc condamnées par avance, de même que les autres tribus nomades et non christianisés, réduites à être catégorisées comme menace contre la stabilité du système colonial, dans l’environnement déjà fragile de la zone de frontière du nord de la nouvelle-Espagne du XVIIIe siècle. Il a été prouvé bien plus tard que, si les « Apaches » ont eu des agissements délictueux (vols de chevaux et de bétails, notamment), ils ont également été traités en boucs-émissaires et on ne peut les rendre responsables de tous les crimes et délits qu’on leur impute (attaques éclairs, assassinats de religieux, anthropophagie, etc.).

L’étude des œuvres de fray Juan Agustín Morfi, franciscain chargé d’accompagner l’expédition de Théodore de Croix dans ces régions (1777-1781), semble corroborer ces amalgames. L’analyse de la narration de la mort du père Pita, de la description des coutumes des indiens Osages (dans laquelle s’opère une complète confusion avec les « Apaches » et du récit de la destruction de la mission de San Sabá (seul épisode où les « Apaches » sont victimes) démontrent qu’à travers ses écrits, le franciscain se fait l’écho des idées véhiculées par le système colonial au sujet de ces nomades. Nous étudions donc ces exemples à la lumière des savoirs situés, toujours croisés avec les travaux historiographiques existants, afin de prendre la distance critique nécessaire à une interprétation plus juste des faits relatés.

Shems Kasmi, CEIIBA, UT2J: « Construction de l’image des métis au XVIe siècle (Amérique, Nouvelle-Grenade) »

Dans les années 1570, en Amérique du Sud (Colombie, Pérou), le terme “mestizo”, qui désigne l’enfant d’Espagnol et d’Indienne, a une connotation très négative. On associe une série de vices, tares et défauts aux individus inclus dans cette catégorie socio-raciale. Mais cette image négative dont ils faisaient l’objet fut le fruit d’une construction idéologique et culturelle principalement élaborée par les secteurs dominants de la société coloniale, par le biais de discours, qui avaient pour but de discréditer et marginaliser cette population souvent perçue par les Espagnols comme une menace à l’ordre établie. Ils étaient notamment perçues comme des concurrents au sujet de l’obtention des positions de pouvoir. Ces discours, qui finirent par ancrer certains stéréotypes dans l’imaginaire collectif, s’appuyèrent sur une série d’idées reçues étroitement liées au concept d’hybridité culturelle et identitaire, comme les soupçons d’hypocrisie, de traîtrise, de double-jeu, etc. L’objectif de cette communication a été de déconstruire et analyser ces discours afin de montrer leur subjectivité et les intérêts politiques, sociaux et économiques qu’ils servaient. 

Alina Castellanos Rubio, AMERIBER, Bordeaux Montaigne ; Université du Pays Basque: « Comment interroger l’archive judiciaire ? Les langages juridiques et la construction de figures du désordre. Cuba, 1820-1868 »

La présentation abordera le banditisme à Cuba pendant la première moitié du xixe siècle, en mettant l’accent sur le traitement sémantique et coercitif de la figure du bandit (comme figure du désordre) par la Commission militaire exécutive et permanente de l’île (1825-1856) et, à partir de l’intervention de ce tribunal exceptionnel, sur l’assimilation entre banditisme et mouvement révolutionnaire après 1868. Dans le contexte traditionnel cubain de la période, la figure du bandit a suffi pour représenter le défi à l’ordre colonial, et cela à travers deux dimensions : tout d’abord, d’un point de vue social, le bandit a été évoqué comme une menace en tant qu’« ennemi de la communauté » car il attaquait les fondements de la cohésion communautaire ; d’autre part, d’un point de vue institutionnel, le bandit a représenté la désobéissance et le sabotage de l’ordre productiviste instauré dans l’île. Cette désobéissance vis-à-vis du gouvernement a été lue comme entrant dans la phénoménologie de la lèse-majesté et incluse dans l’univers conceptuel du « crime odieux ».

Gabriella Serban, LLA-CREATIS, UT2J: « Penser les stéréotypes de genre dans le théâtre européen : études de cas depuis la sociocritique et les Cultural studies »

À travers une suite d’études de cas portant sur les représentations des stéréotypes de genre dans le théâtre colombien contemporain, différents outils et courants théoriques pour une herméneutique sociale du texte littéraire ont été abordés. En se reposant principalement sur la sociocritique et les Cultural Studies, l’enjeu était d’adopter une bonne distance avec la source, en évitant tant l’écueil de sacraliser le texte comme celui de le mettre sur le banc des accusés, de la manière la plus idoine à la réflexion critique, en mettant notamment en avant les trajets de sens conflictuels. Outre les questions ayant trait spécifiquement au genre, la familiarisation avec l’intersectionnalité ou encore les études postcoloniales permet d’éviter de reproduire d’autres stéréotypes dans sa pratique de chercheur, dont on a pu voir plusieurs exemples en retraçant notamment l’origine du mot « macho » ou en s’interrogeant sur le « début » de l’histoire du théâtre dans un pays colonisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search