Compte rendu : atelier ‘découverte’ : ‘à découvert’ ! Avec Laurence Mullaly (2 octobre 2017)

La professeure Laurence Mullaly, de l´Université de Bordeaux Montaigne, a animé « l’atelier découverte : à découvert » dans notre laboratoire CEIIBA, autour d’archives et de contre-archives audiovisuelles, à travers le prisme des études culturelles et des études féministes et de genre latino-américaines et françaises.

Au cours de sa présentation, la professeure a présenté des concepts clefs de l´audiovisuel qui font du cinéma une archive de la mémoire :

  • Le cinéma peut être considéré comme un langage de la mémoire. Il se fait d´images qui interviennent dans la constitution de nos identités, définissant l’identité comme culture, c´est-à-dire comme un répertoire historiquement structuré qui nous permet d’organiser nos pratiques, nos comportements et nos croyances collectives et individuelles au quotidien.
  • L’archive audiovisuelle peut être considérée comme un texte audiovisuel. Comme un dictionnaire mondial des images.
  • La fonction habituelle de l’image est la fonction référentielle. L’image, en tant qu’illusion qui produit un effet de réel, constituerait une « vérité de l’imaginaire » (Leonor Arfruch). L’image est le résultat de ce qui est une occasion, d’une série de décisions conscientes et inconscientes : il est donc essentiel de la considérer comme une construction plus ou moins hasardeuse.
  • Quant à sa réception, l’image produit un effet sur notre connaissance, c´est-à-dire, une ouverture de notre regard qui pose de nouvelles questions d’intelligibilité. Pour une ontologie des images : débat sur la photographie et la vérité, la notion de preuve.

A partir du visionnage du documentaire Toute la mémoire du monde (1956) :

  • L’interrogation de la mémoire. Comment accède-t-on à cette mémoire du monde ?
  • Le statut des images évolue dans le temps, c´est un statut des survivants. C’est une quête des sens, une quête sur l’histoire.
  • L’archive est plus que la mémoire de ce qui est perdu, plus que la récupération de l’origine. (Derrida, Mal d’archives)
  • Huberman dans son dialogue avec Walter Benjamin. Abby Warbourg : apparition unique d’un lointain, si proche soit-il. Confusion des époques comme étant présentes dans chaque moment historique, dans chaque geste de notre corps.
  • Le montage est chacun de nos gestes sociaux. Les images ne documentent pas seulement une histoire et ne reflètent pas que l’époque dont elles sont contemporaines. Elles sont aussi le reflet d’une sédimentation de la mémoire, l’expression d’une mémoire refoulée : La véritable image du passé se faufile devant nous.

La présentation s’est terminée par une discussion sur le concept d’archives et contre-archives durant laquelle les questions suivantes ont été débattues :

  • Les archives découvrent et révèlent : les archives sont là ; qu’est-ce qu’on en fait ? L’usage fait qu’une archive devient une contre-archive.
  • Archive : exhaustivité du monde. Comme une bibliothèque ?
  • Effet cognitif de l’archive. L’accumulation qui questionne les catégories hégémoniques. L’archive biologique. Dimension dans la matérialité de l’image.
  • Les plis, les pleins et les déliés – à découvert… Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux. Voir et ne pas voir. Dire et ne pas voir.
  • A découvert, comment travailler ? Comment lire (vivre avec) une image, les pleins et les déliés ?
    • Des territoires plutôt que des lieux disciplinaires.
    • Faire se rencontrer théorie et pratique.
    • Travailler avec les archives : les images plient et replient.
  • Archives ou métaphore d’archives ? Ce qui est en jeu, c’est la catégorisation.
  • La BNF comme un dispositif institutionnel, comme une forteresse. Les contre-archives défient ces dispositifs institutionnels.
  • Chacune des images est-elle une archive ? Ou bien l’archive est-elle constituée par l’accumulation des images ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.