Des histoires de visages : (pseudo) science médiévale et avatars (Conférence festival Scientilivres)

Par Amaia Arizaleta. Professeure d’études médiévales hispaniques  et directrice du CEIIBA .

 

Ma recherche personnelle, qui porte sur les textes hispaniques des XIIème et XIIIème siècles et sur l’histoire intellectuelle castillane à cette période, a été mise à contribution dans le cadre de Scientilivres : il est enthousiasmant de participer à la la diffusion publique des savoirs. Après tout, le visage, c’est bien un objet total : tous les éléments de la réalité humaine (physiques, psychologiques, sociaux ou politiques) s’y trouvent impliqués; le visage est produit dans l’humanité. Il s’agissait alors de parler de sciences : la physiognomonie était considérée comme une science pendant l’Antiquité et le Moyen Age. Elle fut le support d’échanges intellectuels et culturels au moyen âge, avant de devenir une ‘fausse science au succès mondain’ ou le fondement de dérives éthiques et de pratiques aujourd’hui condamnées. Á partir de l’évocation de quelques épisodes de l’existence de cette science médiévale (qui, elle aussi, avait l’ambition d’expliquer la totalité du monde naturel par la raison), une synthèse relative à l’évolution des mentalités et des idées sur la manière dont l’homme est au monde, sur l’expérience historique des hommes et des femmes dans le monde, a été donc proposée. Toutefois, qui parle de physiognomonie doit justifier sa propre démarche et l’importance de ce qu’il va dire, car de nos jours, la physiognomonie n’est pas politically correct, d’ailleurs pour d’excellentes raisons. J’espère avoir contribué un peu à montrer que la physiognomonie a vraiment derrière elle une histoire intéressante, qui transcende amplement l’infamie liée à l’empreinte raciste et qui la rapproche plutôt d’un naturalisme éclectique, plaisant à lire et instructif sur les époques et sur l’histoire des idées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.