Tous les articles par José González

“La perspectiva de género: modos de leer, escribir y subvertir en tres escritoras mexicanas” (Rencontre avec María Elena Madrigal, 30 octobre 2018)

Par: Flavia Tijerino Pérez

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observedepuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexiqueainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigalqui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Sonrecueil de récits courts Contarte enlésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en estl’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observe depuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexique ainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigal qui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Son recueil de récits courts Contarte en lésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en est l’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de l’humour, Madrigal remet en cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au sein de couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout) déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?

, Madrigal remeten cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au seinde couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout)déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?

Giros Culturales III – Giro Espacial – 13 avril 2018

El giro espacial ocupa un lugar privilegiado dentro de los giros culturales tanto por la metáfora del “movimiento”, de “giro”, como por la concepción de espacios alterables. La noción tradicional de identidad cultural u hogar, pasa a considerarse un factor de creación de relaciones sociales, diferencias y entrelazamientos, como un resultado complejo y a menudo contradictorio de localizaciones, requerimientos de espacio, delimitaciones y exclusiones. El enfoque de la “cultura como espacio” propone un análisis dinámico desde la construcción social y su consideración del espacio pone por delante lo sincrónico sobre lo diacrónico; lo sistemático sobre lo histórico: se resalta la simultaneidad y las constelaciones espaciales, y la idea de desarrollo evolutivo queda reprimida (explicación de la historia lineal, con espacios lineales, descubrimiento de América, nuevo imperio de Estados Unidos, etc…). La relación más significativa en el giro espacial consta de, por un lado, perspectivas de espacio políticas (poscoloniales) que ven el espacio como poder y se enfocan en un eurocentrismo crítico de centro y periferia y, por otro, de aquellas perspectivas que ven este giro como un aumento de la atención hacia la parte espacial del mundo y su historia. Continuer la lecture de Giros Culturales III – Giro Espacial – 13 avril 2018

Atelier Giros Culturales II – Giro poscolonial – 2 février 2018

Como expusimos en el primer atelier, a consecuencia de las limitaciones del giro lingüístico o por agotamiento del mismo, fueron apareciendo nuevos giros vinculados a la lengua, aunque de forma diferente a como éste la utiliza. En el seminario anterior hablamos del giro performativo y de la cultura como representación y cómo la concepción lingüística de Sausurre supuso un cierto bloqueo para el pensamiento performativo. También se habló del giro interpretativo, de la “cultura como texto”, que se apoya especialmente en la etnología y en la antropología, y cómo ha sido una de las nuevas orientaciones que más han alimentado más tarde a los otros giros. De hecho, las dimensiones ocultas en el concepto de « la cultura como texto » regresan en el giro performativo: la materialidad, la dinámica cultural, las condiciones situacionales y los procesos de intercambio dialógico, la ritualización y las transgresiones.

Siguiendo con el surgir de nuevos paradigmas, en esta segunda clase hemos tratado el giro poscolonial, el cual se podría contemplar como el primer direccionamiento de los mismos que ubica sus metodologías más allá de los horizontes europeos y, además, en un marco de relaciones de poder histórico-mundiales asimétricas, representado por la conocida triada de Homi K. Bhabha, Edward Said y Gayatri Spivak. El giro poscolonial, además de volver al discurso ideológico como factor determinante, dirige su mirada crítica a la exclusión de las culturas del curso de la historia, y a los « pueblos sin historia » de los que se habló durante siglos, negando su contemporaneidad a culturas europeas (y no europeas). Para ello, hemos hecho un repaso a las teorías más importantes del giro poscolonial y hemos debatido varios fragmentos de los libros Orientalismo de Edward Said y Homi K. Bhabba. Continuer la lecture de Atelier Giros Culturales II – Giro poscolonial – 2 février 2018

Atelier Giros Culturales I – 1 de diciembre de 2017

Este atelier comenzó en el año 2014 y, desde entonces , se ha llevado a cabo por Michèle Soriano, Amaia Arizaleta y José González como un curso para los estudiantes de master dividido en diferentes sesiones. Este año consta de tres bloques, siendo este el primero, y está enfocado a trabajar con teorías y metodologías que los estudiantes pueden aplicar en sus futuros trabajos de investigación de literatura, artes visuales, sociología, antropología. Las razones de una propuesta tan amplia en disciplinas y enfoques, como es el conjunto de los giros culturales son, por un lado, llegar a una definición de giro dentro del panorama culturalista y, por otro, indagar en sus campos de aplicación en la investigación y en su potencial como herramienta de trabajo. En esta primera sesión hemos trabajado sobre el concepto y la definición de “giro”, y hemos estudiado el “giro performativo”. En las dos siguientes se estudiará el « giro poscolonial » y el « giro espacial ».

El giro cultural

La noción de “giro cultural” se puede definir como el cambio en el enfoque de una teoría ya existente en el marco del gran giro cultural (Jameson, 1998). La reorientación de la teoría para que se entienda como giro y se considere giro cultural, debe adoptar una transformación en la que el objeto de estudio se convierta en una categoría de análisis.

Doris Bachmann-Medick en su libro Cultural Turns (2006) da siguiente definición cuando se pregunta cómo se pueden definir los giros culturales:

se debería comenzar a hablar de giros, cuando estos abarquen nuevos temas de investigación en el nivel conceptual, cuando los conceptos descriptivos pasen a ser categorías de análisis interdisciplinarias conceptuales y metodológicas, cuando dejen de ser objeto de conocimiento y pasen a ser herramienta y medio de conocimiento. (Bachmann-Medick, 2006)

Un objeto de estudio dejaría entonces de ser objeto y se convertiría en herramienta de análisis de los fenómenos culturales. El caso del lenguaje, por ejemplo, define muy bien el vuelco metodológico que se pretende definir: el modo de conocimiento no trataría de analizar el lenguaje, sino de comprender la realidad a través de él, proponiendo el lenguaje como medio de conocimiento. Continuer la lecture de Atelier Giros Culturales I – 1 de diciembre de 2017

Des histoires de visages : (pseudo) science médiévale et avatars (Conférence festival Scientilivres)

Par Amaia Arizaleta. Professeure d’études médiévales hispaniques  et directrice du CEIIBA .

 

Ma recherche personnelle, qui porte sur les textes hispaniques des XIIème et XIIIème siècles et sur l’histoire intellectuelle castillane à cette période, a été mise à contribution dans le cadre de Scientilivres : il est enthousiasmant de participer à la la diffusion publique des savoirs. Après tout, le visage, c’est bien un objet total : tous les éléments de la réalité humaine (physiques, psychologiques, sociaux ou politiques) s’y trouvent impliqués; le visage est produit dans l’humanité. Il s’agissait alors de parler de sciences : la physiognomonie était considérée comme une science pendant l’Antiquité et le Moyen Age. Elle fut le support d’échanges intellectuels et culturels au moyen âge, avant de devenir une ‘fausse science au succès mondain’ ou le fondement de dérives éthiques et de pratiques aujourd’hui condamnées. Á partir de l’évocation de quelques épisodes de l’existence de cette science médiévale (qui, elle aussi, avait l’ambition d’expliquer la totalité du monde naturel par la raison), une synthèse relative à l’évolution des mentalités et des idées sur la manière dont l’homme est au monde, sur l’expérience historique des hommes et des femmes dans le monde, a été donc proposée. Toutefois, qui parle de physiognomonie doit justifier sa propre démarche et l’importance de ce qu’il va dire, car de nos jours, la physiognomonie n’est pas politically correct, d’ailleurs pour d’excellentes raisons. J’espère avoir contribué un peu à montrer que la physiognomonie a vraiment derrière elle une histoire intéressante, qui transcende amplement l’infamie liée à l’empreinte raciste et qui la rapproche plutôt d’un naturalisme éclectique, plaisant à lire et instructif sur les époques et sur l’histoire des idées.