Tous les articles par Emilie Cadez

SÉANCE 3 SÉMINAIRE «INTERROGER SA SOURCE DANS LES ÉTUDES IBÉRIQUES, IBÉRO-AMÉRICAINES ET ROMANES. RÉFLEXION MÉTHODOLOGIQUE À PARTIR DE CAS CONCRETS». 15 MARS 2019, UT2J.

Thématique de la séance 3: “Construction de stéréotypes”

Continuer la lecture de SÉANCE 3 SÉMINAIRE «INTERROGER SA SOURCE DANS LES ÉTUDES IBÉRIQUES, IBÉRO-AMÉRICAINES ET ROMANES. RÉFLEXION MÉTHODOLOGIQUE À PARTIR DE CAS CONCRETS». 15 MARS 2019, UT2J.

Séance 2 Séminaire “Interroger sa source dans les études ibériques, ibéro-américaines et romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets”. 1er février 2019, UT2J.

Thématique de la séance 2: “Réécriture, intertextualité, traduction”

Johan Puigdengolas, CEIIBA: “Dans l’épaisseur d’une compilation: aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes”

Dans le cadre du séminaire méthodologique organisé par le CEIIBA, Johan Puigdengolas a présenté une communication intitulée : « Dans l’épaisseur d’une compilation : aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes. ». Le Setenario (c. 1282-1284) d’Alphonse X (1252-1284) est un traité encore peu étudié. À travers quelques exemples choisis, il a présenté quelques-unes de ses hypothèses de travail et résultats de recherche. En accord avec la dynamique générale de ce séminaire, il nous a fait part de son point de vue sur quelques aspects méthodologiques liés à l’identification et à la problématisation à partir d’un travail d‘identification de sources.

Dans un premier temps, Johan Puigdengolas a proposé une présentation générale de la problématique des sources au Moyen Âge. Il a rappelé qu’au Moyen Âge, toute littérature cultive le plaisir de la redite. N’ayant pas de conscience du texte comme unité close, attribuée à un auteur, les hommes du Moyen Âge privilégiaient la familiarité à l’inédit. Les écrits de cette période sont donc en grande partie le fruit d’emprunts directs ou indirects à des œuvres antérieures. Le travail sur les sources suppose de composer avec trois données : l’écart entre le contexte culturel dans lequel un écrit est produit et la langue de rédaction de celui-ci, le décalage existant entre la tradition orale et la culture écrite, et enfin, le prisme de la mémoire ou « degré de citation » qui dépend de la source employée pour réaliser le texte cible (florilège, compilation, commentaire).

Continuer la lecture de Séance 2 Séminaire “Interroger sa source dans les études ibériques, ibéro-américaines et romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets”. 1er février 2019, UT2J.

Séminaire « Archivo y edición digital » – 24 novembre 2017

Le séminaire animé le 24 novembre 2017 par Elena de Lorenzo Álvarez (directrice de l’Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII et profesor titular de l’Université d’Oviedo, Espagne) et par Santiago Arroyo Serrano (doctorant de l’Université de Salamanque, Espagne) avait pour but de sensibiliser aux ressources numériques en lien avec l’archive. Comment se servir de ces outils pour alimenter notre recherche et pour pouvoir, ensuite, mieux la diffuser ? Continuer la lecture de Séminaire « Archivo y edición digital » – 24 novembre 2017

Séminaire CEIIBA « Fray Juan Agustín Morfi et l’archive : consultation, création, reconstitution (Nouvelle-Espagne, XVIIIe siècle) » – 16 juin 2017

Fray Juan Agustín Morfi naît à Oviedo, dans les Asturies, en 1935 et meurt à Mexico en 1783. Il arrive en Amérique en 1755 ou en 1756. À ce jour, nous ne connaissons ni la date exacte ni les raisons qui l’ont poussé à quitter la Péninsule. De même, nous ignorons s’il est arrivé directement en Nouvelle-Espagne ou s’il est passé par d’autres territoires. Ses activités en Espagne et en Amérique sont encore très floues, jusqu’au 20 mars 1760, où il prend l’habit franciscain au Grand Couvent de Mexico.

À partir de ce moment là, Morfi devient une figure de plus en plus présente dans le panorama franciscain de la capitale novo-hispanique, mais aussi parmi les élites intellectuelles de l’époque. Il est professeur au Collège de Santa Cruz Tlatelolco, mais aussi prêcheur, traducteur, copiste. Il lit et écrit abondamment.

Pour des raisons qui restent encore obscures (bien que nous ayons pu élaborer dans notre thèse un certain nombre d’hypothèses des plus plausibles), Théodore de Croix, nommé Commandant Général des Provinces Internes en 1776 (lors de la création de cette nouvelle subdivision administrative regroupant les provinces les plus au nord de la Nouvelle-Espagne), choisit Morfi pour l’accompagner en tant que chapelain lors de son expédition de reconnaissance de ces territoires. L’expédition devait partir de Mexico pour arriver à Arizpe, dans la province de Sonora, capitale de la nouvelle Comandancia General. Réticent à l’idée de quitter son couvent, Morfi finit tout de même par accepter de suivre Théodore de Croix. L’expédition part donc de Mexico le 4 août 1777 pour arriver à Arizpe en novembre 1779. Morfi reste aux côtés de Théodore de Croix jusqu’en février 1781, lorsqu’il apprend qu’il vient d’être élu Gardien du Grand Couvent franciscain de Mexico. Il entreprend donc seul son voyage de retour à la capitale novo-hispanique, qu’il regagne cinq mois plus tard.

Continuer la lecture de Séminaire CEIIBA « Fray Juan Agustín Morfi et l’archive : consultation, création, reconstitution (Nouvelle-Espagne, XVIIIe siècle) » – 16 juin 2017