Tous les articles par Fiona Pugliese

Codex Borbonicus: Dialogue entre physiciens et historiens autour d’un trésor de Mésoamérique

Le Mexique précolombien ainsi que les différents peuples qui s’installèrent sur le territoire ont été et sont encore aujourd’hui l’objet d’investigations et de questionnement perpétuels. Les vestiges archéologiques ainsi que les traces écrites sont, à ce jour, les sources de connaissances les plus fiables que nous avons à notre disposition. Malheureusement, peu de manuscrits précolombiens ont survécu à la conquête espagnole. Parmi les quelques codex d’origine aztèque retrouvés, le codex Borbonicus est l’un des héritages les plus précieux qui ait pu être préservé jusqu’à ce jour. Conservé à la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France (Paris) sous la cote Y120, ce manuscrit ne cesse d’éveiller la curiosité et d’être au cœur de nombreux débats. L’une des questions qui reste, pour l’instant, en suspens, concerne notamment la datation de cet important manuscrit. Alors que pour certains spécialistes la réalisation du Borbonicus serait antérieure à l’arrivée des Espagnols, pour d’autres elle se situerait d’avantage au début de la conquête.

Dans le cadre de ce débat une journée d’étude s’est tenue le 17 octobre 2017, à l’auditorium du C2RMF (Paris) afin d’exposer les conclusions d’un travail d‘analyse des composants du manuscrit débuté en 2013. L’événement appelé « Lumières sur le Codex Borbonicus : De l’historien au physicien : lectures croisées » a donc réuni plusieurs spécialistes de disciplines diverses dans le but de mettre en perspectives les différents travaux de recherche à la fois de nature physico-chimique et historique afin d’essayer de déterminer des éléments propices à la datation du manuscrit.

Dans un premier temps, le directeur de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France, Patrick Montambault, a retracé avec passion l’historique de ce trésor aztèque. Conservé tout d’abord à la bibliothèque du monastère de l’Escorial à Madrid (Espagne), le Codex Borbonicus a, semble-t-il, était volé puis revendu. L’époque de la revente du document est pour le moins incertaine. Deux périodes de troubles en Espagne sont privilégiées: La campagne française menée par Napoléon I en Espagne de 1808 à 1814 et celle de Louis XVIII lors de la bataille du Trocadéro en 1823. La seconde hypothèse semble -à priori- la plus plausible puisque le manuscrit fut acquis lors d’une vente aux enchères en 1826 par le bibliothécaire de l’Assemblée Nationale, Pierre-Paul Druon. Le Codex Borbonicus était, dans un premier temps, perçu comme une œuvre insolite, destinée à intégrer le futur cabinet de curiosité du bibliothécaire. Personne n’avait alors encore conscience qu’il s’agissait d’un manuscrit rare, dont le contenu à caractère divinatoire, calendérique et rituel était utilisé par les aztèques.

Dos de Mayo- Francisco de Goya- Le 2 mai 1808, le peuple espagnol se soulève contre les troupes françaises  dirigées par Napoléon I

Continuer la lecture de Codex Borbonicus: Dialogue entre physiciens et historiens autour d’un trésor de Mésoamérique