Tous les articles par Zeinab Meghraf

Séminaire CEIIBA ‘Archive.archives’ (2), 30 novembre 2018

Introduction, Alet Valero (UT2J)

En guise d’introduction, Alet Valero ouvrira un certain nombre de pistes de réflexions sur la notion d’archive, notamment sur la définition-même de l’archive, de sa fonction et de son utilisation comme outil de pouvoir. Étroitement liée à la définition du ‘document’ -mais nous verrons lors des différentes communications que le lien ne va pas de soi-, l’archive serait nécessaire à l’activité scientifique et constituerait un support privilégié de l’administration (travail d’archivage). Mais se pose alors la question du périmètre de l’archive ; si l’archive se caractérise par son utilité, la littérature, les romans, les récits de voyage, … peuvent-ils constituer des archives ou, du moins, des outils de l’activité scientifique ? En réalité, la frontière semble plus poreuse qu’il n’y paraît. En effet, la littérature, les romans, les récits de voyage, … bien que relevant de la création artistique, ne seraient-ils pas plus aptes qu’un ‘document’ d’archive à transmettre la sensibilité d’une société à une période donnée ? Et l’archive, quant à elle, dit-elle vrai ? Est-elle neutre ? Objective ? En ce qui concerne la fonction de l’archive, est abordé le lien étroit qui s’établit entre l’archive et la construction sociale. Si l’état civil de chacun.e se fonde sur les archives, alors l’archive semble avoir une fonction performative : à partir du moment où nous écrivons, nous fondons. L’archive aurait donc une fonction sociale : elle raconte notre vie, trahit nos secrets, d’où le système de protection existant (nous ne pouvons consulter des archives qu’à partir d’un certain temps). Enfin, l’archive, en tant qu’outil administratif, serait circonscrite au domaine de l’État et serait donc un outil de pouvoir. Cependant, de la même façon que la notion de pouvoir suppose celle de contre-pouvoir, la notion d’archive suppose celle de contre-archive. La dialectique pouvoir/contre-pouvoir semble ainsi contaminer la notion de l’archive par l’importance qu’acquièrent dans les travaux scientifiques et la société les contre-archives.

CR par Zeinab MEGHRAF

 

« Le document et l’archive », Anne-Marie Moulis (UT2J)

Lors de la première intervention intitulée Le document et l’archive, Anne-Marie Moulis retracera l’histoire du ‘document’ depuis les prémisses de la conceptualisation de la notion de ‘document’ jusqu’à l’émergence actuelle de ‘données’. Avec Paul Otlet (cf. Traité de la documentation, 1934), le document est d’abord support et inscription ; l’information n’existe que dans sa matérialité. Cette dernière peut s’insérer dans tout type de support tels l’affiche, l’estampe, la carte, la carte postale, le livre, le périodique ou la photo (le cinéma n’est pas encore pris en compte car trop récent). Le document, figé, constitue une preuve irréfutable. Par la suite, avec Suzanne Briet (cf. Qu’est-ce que la documentation ?, 1951), le périmètre s’élargit et le document devient alors « toute base de connaissance fixée matériellement susceptible d’être utilisée pour consultation ou étude » et « tout indice concret ou symbolique conservé ou enregistré aux fins de représenter, de reconstituer ou prouver un phénomène physique ou intellectuel ». Viennent donc s’ajouter les notions de symbole et de représentation. Cette définition suppose, par ailleurs, un concept de fertilité documentaire : le travail scientifique, qui s’appuie sur des documents, engendre lui-même une profusion de documents. À titre d’exemple, l’antilope, en tant qu’objet d’étude, devient, par l’entremise du chercheur, document catalogué (photos, articles, …). Jean Meyriat, un des pionniers des sciences de l’information et de la communication, mettra en évidence, quant à lui, l’importance de l’interaction document/lecteur. Pour lui, le document « fixe l’information, est stable et durable, se prête donc à l’exploitation répétée, et est reproductible ». Jean Meyriat envisage donc le document dans sa matérialité mais également dans son usage et sa réception. Il met en place, en outre, le concept de ‘document par intention’ et de ‘document par attribution’ ; le document par intention étant celui qui est produit et le document par attribution, celui qui est lu par l’usager. La réception acquiert dès lors une importance capitale car sans l’usager, le document est inutile. C’est donc l’usager qui fait le document. Jusque-là, le document a été envisagé sous l’angle de sa matérialité et de sa réception. À cela, Marie-Anne Chabin rajoutera une nouvelle dimension en dissociant la document trace du document source. Le document trace, relié à l’activité de l’archiviste, sera conservé via les moyens que se donnera la société pour garder les ‘traces’ de son activité. Le document trace s’inscrit donc un temps et un espace précis. L’idée de ‘document source’, quant à elle, concerne l’usage fonctionnel du document et de sa réception. Par opposition au ‘document trace’, construit dans un espace-temps précis, le ‘document source’, lié à l’activité de lecture, s’inscrit dans une atemporalité. Avec l’ère du numérique, Jean-Michel Salaün rompra avec l’idée de matérialité de l’information et de fiabilité du document. Séquencé, coupé, copié, etc., le document est désormais modifiable. Selon lui, « le document est une trace permettant d’interpréter un événement passé à partir d’un contrat de lecture ». Le document est ainsi envisagé sous trois aspects : sa trace (forme matérielle du document qui permet de voir, de consulter) ; son contenu (dimension intellectuelle, ce que l’on peut lire) ; sa fonction (dimension mémorielle). En guise de conclusion, Anne-Marie Moulis considèrera le document comme une inscription sur un support, un support durable et pérenne. Sa fonction sera conditionnée par l’usager, ce qui suppose un contrat de lecture et donc une considération subjective du document. La finitude du document étant aujourd’hui remise en question par le numérique, une nouvelle question se pose : celle de la validation de l’information et du statut de l’auteur.

CR par Zeinab MEGHRAF

 

« Extension du domaine des archives. Quelles réponses de la part des services publics d’archives ? »,  Anne Goulet (Archives Départementales de la Haute Garonne)

Selon Anne Goulet, le terme archive a plusieurs significations différentes et qui prête à confusion. Selon le Code du Patrimoine (art. 211-1), il s’agit de « l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme ou leur support, produits par une personne morale ou une entreprise dans l’exercice d’une activité ». 

Cela dit, tout le monde est concerné par la production d’archive. Ce n’est pas l’ancienneté qui compte pour qualifier un document d’archive mais son contexte de production, et tous les supports et formats sont pris en compte, pas seulement les supports traditionnels.

Les notions de contexte de production et de caractère organique des archives (manière dont les documents ont été produits) sont fondamentales et absolument essentielles.

Les archives se distinguent grandement des livres, ces derniers étant rédigés, publiés, édités dans le but d’être lus. Elles se distinguent aussi des dossiers documentaires. Les livres que pour les dossiers documentaires ont une finalité précise, contrairement aux document d’archives.

On parle beaucoup « d’une archive » ou de « l’archive ». L’archiviste parle de « document d’archive ». Un document à lui tout seul perd de sa signification à partir du moment où il est isolé de son contexte de production. 

Les services publiques d’archives collectent des archives publiques mais ils sont également habilités à collecter archives privées. Depuis années 70-80, on s’intéresse aussi aux archives d’entreprise, surtout lorsque celle-ci disparaît (hormis certaines qui sont encore en fonctionnement), mais aussi aux archives d’architectes, de syndicats, de partis politiques, mais aussi d’associations très contemporaines (sur leur demande).

Se pose la question du statut des archives de la recherche : est-ce que les archives d’un chercheur sont des archives personnelles ou des archives publiques ? L’enseignant chercheur étant un fonctionnaire, on peut donc se dire que ce sont des archives publiques. Il en va de même pour la production d’une équipe de recherche. 

Nous vivons dans une société où la production écrite et le poids de l’administration sont de plus en plus importants, et où la production numérique est considérée comme encore trop volatile. Le résultat de cette position est qu’en 2017, les services publiques d’archives ont collecté 100 km linéaire et 95To de données numériques. Au total, il y a 4000 km linéaires d’archives définitives en France (on ne conserve que 10% de la production administrative). Les archives électroniques sont en devenir. Actuellement dans administration, la production est hybride, entre papier et électronique. Ceci pose de gros problèmes techniques car les supports et formats évoluent rapidement : se pose donc les problèmes de la conservation pérenne et de la traçabilité et de l’intégrité de l’information numérique. 

Anne Goulet souligne donc le problème de la maîtrise de toute cette masse d’information et de son stockage physique. Il y a de plus en plus de production et d’interlocuteurs et les bâtiments d’archives continuent de se remplir, tout ceci étant compliqué par les évolutions politiques et administratives des quinze dernières années. Il est donc devenu nécessaire de trier les archives publiques (tri inscrit dans le Code du Patrimoine). Actuellement, on trie par « échantillonnage », par tri alphabétique, numérique ou géographique (certaines lettres, années ou localités), ou par tri sélectif, où l’on juge de l’intérêt d’un document. Selon les régions, ces recommandations ne sont pas appliquées avec la même souplesse. Se pose donc la question de l’homogénéité des corpus que l’on offrira à terme aux chercheurs. La plateforme de consultation « Archives pour demain » lancée en avril 2018 interroge les utilisateurs sur ce que pouvaient être les archives essentielles (notion canadienne, grandes catégories faisant droit pour l’administration et les usagers). 

Les archives sont conservées dans l’intérêt publique tant pour la justification des droits des tiers que pour le travail de recherche historique. En parallèle, une nouvelle demande sociale émerge sur les « archives minuscules » (ne portent que sur un individu). On peut se demander s’il est pertinent d’aménager des kilomètres d’archives pour répondre à une très hypothétique demande d’un nombre très réduit d’administrés. 

L’objectif à moyen terme (20 ans) est le passage au tout numérique, pour résoudre les problèmes physiques de place que prennent les archives. 

CR par Émilie CADEZ ORTOLA

 

« Les archives comme traces », Jean-Michel Minovez (UT2J)

Jean-Michel Minovez pose la question de l’objectivité de l’historien par rapport au document. Notre démarche doit être scientifique. Il précise également que les enjeux en terme de conservation d’archives peuvent être politiques et sociaux. 

Quelle différence y a-t-il donc entre source, document et archives ? L’historien doit avoir une définition claire de l’archive. L’archive est un document brut. Selon Arlette Farge, la notion d’archive est restrictive. Les siennes sont judiciaires (retracer l’histoire d’une société à travers la source judiciaire). Pour Arlette Farge, la source est d’abord le manuscrit. Cependant, document égale-t-il archive ? Tous les documents sont-ils des archives ? Le document brut est produit par une administration qui fait état d’une activité particulière et qui a le caractère objectif de rendre compte d’une activité, certes sous un angle de vue voulu par l’administration mais sans autre intention que cela. Il s’oppose par exemple au journal, qui a une intention car il est écrit dans l’esprit d’être lu. 

Jean-Michel Minovez pose également la question de la source littéraire. Les sources littéraires poses un problème à partir du moment où on ne peut pas les croiser avec des sources qui ne sont pas intentionnelles. 

Il y a parfois confusion entre sources et fonds d’archives. Dans l’esprit des historiens, « documents » signifiera presque toujours « document écrit ». L’historien a sous les yeux des traces qui ont été constituées dans un contexte particulier. 

Un changement fondamental se produit avec l’approche réellement scientifique et critique de la documentation. C’est à l’historien d’interroger le document avec une méthode critique pour construire un discours historique, mais toujours avec des documents écrits : s’il n’y a pas d’écrit, il n’y a pas d’histoire. 

La critique externe et interne du document pose les bases fondamentales que chaque historien doit garder à l’esprit quand il interroge un document. 

Avec la naissance de l’anthropologie historique, l’histoire, de plus en plus poussée, se dirige vers le domaine des mentalités et des représentations pour aller vers une histoire totale. On croise les méthodologies, avec les autres sciences sociales. Il s’agit de comprendre l’homme dans sa diversité, avec une véritable réflexion méthodologique, inter et transdisciplinaire. 

Il est nécessaire de comprendre comment le document a été produit mais aussi comment il a été classé, pour le comprendre dans son ensemble. 

Par ailleurs, les archives privées sont souvent un apport remarquable pour l’historien. 

Peut-on faire une histoire sans documents et sans archives ? Michel de Certeau s’interrogeait sur les lacunes historiographiques. Il s’agit de trouver des documents nouveaux, jusque là négligés. Malgré tout, les blancs et les silences demeurent, d’où l’idée de faire de l’histoire sans documents. Pour les périodes les plus récentes, l’idée est de créer sa propre archive (enquêtes et archives orales). Les croisements entre les disciplines de sciences sociales vont permettre d’élaborer une méthodologie solide. Il est nécessaire de démontrer la valeur de l’archive orale et de procéder à une reconstitution complète et qui soit plus proche du vécu. Nous devons tout de même conserver de la prudence et un esprit critique, même dans la constitution de l’archive ouverte, pour prendre en compte la porosité de la mémoire, l’intentionnalité potentielle (préparer un récit, prendre le récit d’un autre) et la fabrication de la mémoire. Se pose alors la question des recoupements avec d’autres témoignages et des documents écrits. Les archives orales sont juste là pour combler les silences des archives écrites et ne sont pas réellement des sources selon tout le monde. Cela peut être aussi une autre manière d’écrire l’histoire. 

Jean-Michel Minovez conclue en citant Marc Bloch : « N’y a-t-il pas d’histoire que contemporaine ? »

CR par Émilie CADEZ ORTOLA

Atelier épistémologique “Nos archives”, 17 novembre 2017

L’objet de cet atelier était de déterminer une orientation épistémologique qui traverse l’ensemble des préoccupations scientifiques du laboratoire CEIIBA. Les « savoirs situés » de Donna Haraway semble être une piste fédératrice qui, en réalité, anime certainement déjà nos démarches d’investigation. Les « savoirs situés » sont nés en réaction aux courants de pensée hégémoniques. Ne nous y trompons pas cependant, il ne s’agit pas de remettre en question pour autant la notion d’objectivité. Au contraire du relativisme postmoderne, elle vise une certaine objectivité à condition de redéfinir cette notion. L’objectivité ne serait plus le fruit d’une réflexion dominante, surplombante depuis une dynamique verticale mais le résultat de trois postures synchroniques :

une prise en compte de la contingence historique radicale de toutes le prétentions au savoir et de tous les sujets connaissants, une pratique critique qui permette de reconnaître nos propres ‘technologies sémiotiques’ de fabrication des significations, et aussi l’engagement sans artifice pour des récits fidèles d’un monde ‘réel’.

Pour cela, il faudrait reconquérir le sens de la vue, adopter une vision du monde qui  accepte sa condition parcellaire. Nous ne sommes plus objectifs parce que nous adoptons un regard totalisant sur le monde mais parce que nous acceptons la validité non seulement de notre regard -ce qui engage notre responsabilité- mais aussi de celui des autres -ce qui nous rend vulnérables. Cela débouche ainsi sur une objectivité co-construite. Dans cette perspective, trois problématiques se font jour. Continuer la lecture de Atelier épistémologique “Nos archives”, 17 novembre 2017