Séminaire CEIIBA « Fray Juan Agustín Morfi et l’archive : consultation, création, reconstitution (Nouvelle-Espagne, XVIIIe siècle) » – 16 juin 2017

Fray Juan Agustín Morfi naît à Oviedo, dans les Asturies, en 1935 et meurt à Mexico en 1783. Il arrive en Amérique en 1755 ou en 1756. À ce jour, nous ne connaissons ni la date exacte ni les raisons qui l’ont poussé à quitter la Péninsule. De même, nous ignorons s’il est arrivé directement en Nouvelle-Espagne ou s’il est passé par d’autres territoires. Ses activités en Espagne et en Amérique sont encore très floues, jusqu’au 20 mars 1760, où il prend l’habit franciscain au Grand Couvent de Mexico.

À partir de ce moment là, Morfi devient une figure de plus en plus présente dans le panorama franciscain de la capitale novo-hispanique, mais aussi parmi les élites intellectuelles de l’époque. Il est professeur au Collège de Santa Cruz Tlatelolco, mais aussi prêcheur, traducteur, copiste. Il lit et écrit abondamment.

Pour des raisons qui restent encore obscures (bien que nous ayons pu élaborer dans notre thèse un certain nombre d’hypothèses des plus plausibles), Théodore de Croix, nommé Commandant Général des Provinces Internes en 1776 (lors de la création de cette nouvelle subdivision administrative regroupant les provinces les plus au nord de la Nouvelle-Espagne), choisit Morfi pour l’accompagner en tant que chapelain lors de son expédition de reconnaissance de ces territoires. L’expédition devait partir de Mexico pour arriver à Arizpe, dans la province de Sonora, capitale de la nouvelle Comandancia General. Réticent à l’idée de quitter son couvent, Morfi finit tout de même par accepter de suivre Théodore de Croix. L’expédition part donc de Mexico le 4 août 1777 pour arriver à Arizpe en novembre 1779. Morfi reste aux côtés de Théodore de Croix jusqu’en février 1781, lorsqu’il apprend qu’il vient d’être élu Gardien du Grand Couvent franciscain de Mexico. Il entreprend donc seul son voyage de retour à la capitale novo-hispanique, qu’il regagne cinq mois plus tard.

Continuer la lecture de Séminaire CEIIBA « Fray Juan Agustín Morfi et l’archive : consultation, création, reconstitution (Nouvelle-Espagne, XVIIIe siècle) » – 16 juin 2017

Atelier épistémologique « Nos archives », 17 novembre 2017

L’objet de cet atelier était de déterminer une orientation épistémologique qui traverse l’ensemble des préoccupations scientifiques du laboratoire CEIIBA. Les « savoirs situés » de Donna Haraway semble être une piste fédératrice qui, en réalité, anime certainement déjà nos démarches d’investigation. Les « savoirs situés » sont nés en réaction aux courants de pensée hégémoniques. Ne nous y trompons pas cependant, il ne s’agit pas de remettre en question pour autant la notion d’objectivité. Au contraire du relativisme postmoderne, elle vise une certaine objectivité à condition de redéfinir cette notion. L’objectivité ne serait plus le fruit d’une réflexion dominante, surplombante depuis une dynamique verticale mais le résultat de trois postures synchroniques :

une prise en compte de la contingence historique radicale de toutes le prétentions au savoir et de tous les sujets connaissants, une pratique critique qui permette de reconnaître nos propres ‘technologies sémiotiques’ de fabrication des significations, et aussi l’engagement sans artifice pour des récits fidèles d’un monde ‘réel’.

Pour cela, il faudrait reconquérir le sens de la vue, adopter une vision du monde qui  accepte sa condition parcellaire. Nous ne sommes plus objectifs parce que nous adoptons un regard totalisant sur le monde mais parce que nous acceptons la validité non seulement de notre regard -ce qui engage notre responsabilité- mais aussi de celui des autres -ce qui nous rend vulnérables. Cela débouche ainsi sur une objectivité co-construite. Dans cette perspective, trois problématiques se font jour. Continuer la lecture de Atelier épistémologique « Nos archives », 17 novembre 2017

Journée d’Etudes CEIIBA : « Espagne-France : transferts, échanges et mobilités (XVIIIe – XIXe – XXe siècles) »

Organisateurs : Cécile Mary Trojani, Emilie Cadez Ortola, Alet Valero

Vendredi 10 novembre 2017 – Université Toulouse-II Jean Jaurès

Une Journée d’Etudes organisée par le CEIIBA (Comité organisateur : Cécile Mary Trojani, Emilie Cadez et Alet Valero) s’est tenue le vendredi 10 novembre 2017 à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Intitulée « Espagne-France : transferts, échanges et mobilités (XVIIIe – XIXe – XXe siècles) », cette manifestation scientifique fut l’occasion d’apprécier les modalités particulières des multiples contacts culturels qu’ont connus les deux pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à l’époque contemporaine. Les mobilités humaines, s’inscrivant parfois dans des réseaux scientifiques ou sociétaires, permirent la circulation des idées et les transferts culturels de diverses natures. Cela dit, les échanges purent également se réaliser par d’autres biais : relations épistolaires, traductions d’œuvres étrangères, etc. Dans tous les cas, ils furent à l’origine de la production de nombreuses archives, plus ou moins connues ou étudiées, que les conférenciers se sont proposé de mettre au jour. Cette Journée d’Etudes s’inscrivait dans l’axe 1 du programme de recherche du CEIIBA « Champs du savoir : conflits dans la définition et la constitution des archives », et donnera lieu à une deuxième manifestation, dans le prolongement de la première, à Saragosse l’année prochaine.

Les trois premières interventions ont concerné le XVIIIème siècle. Elena de Lorenzo Álvarez (Université d’Oviedo), dans sa communication intitulée « La censura de obras francesas en la España del siglo XVIII », s’est intéressée au processus de pré-censure civile que subissaient les œuvres françaises traduites en espagnol avant d’obtenir la licence d’impression, entre 1769 et 1808. Connaître les dessous de ce processus, considéré alors comme une mesure indispensable de « contrôle culturel », est important car il nous renseigne sur les principes idéologiques et esthétiques qui animaient le personnel des institutions chargées de cette tâche (Academia de la Historia, Academia de la Lengua, Consejo de Estado, etc.). Et il se trouve que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont souvent des critères esthétiques (style, erreurs grammaticales, etc.) qui présidaient au choix de censurer ou de demander la modification d’une œuvre donnée, faisant ainsi du censeur une sorte de « correcteur » avant la lettre. Dans l’intervention suivante, Cécile Mary Trojani (« Un joven vasco en Toulouse a mediados del siglo XVIII » ; CEIIBA) a étudié la formation au XVIIIème siècle d’un réseau liant le Pays Basque à la ville de Toulouse, notamment en raison de l’attractivité du collège jésuite de ladite ville, où plusieurs jeunes nobles basques firent leurs études à cette époque. Ce mouvement a été initié en 1740 par le comte de Peñaflorida, qui y envoie son fils Javier María de Unibe, le futur fondateur de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País (1765). Ce réseau semble s’être tissé à partir d’affinités scientifiques et idéologiques : adhésion d’une partie de la noblesse basque aux idées des Lumières, réputation scientifique des jésuites de Toulouse, Académie provinciale des Sciences de Toulouse, etc. Enfin, Emilie Cadez Ortola (« Pensar más allá de las fronteras : el caso de fray Juan Agustín Morfi (1735-1783) » ; CEIIBA) a analysé les rapports intellectuels et personnels qu’entretenait fray Juan Agustín Morfi avec la France et les Français, que ce soit à partir de sa bibliothèque, de ses écrits ou de son réseau d’amis. Ce dernier point est important étant donné que Morfi a côtoyé de nombreux Français au cours de ses pérégrinations (il a été notamment chapelain de Théodore de Croix à partir de 1776). Cette communication a insisté sur l’ambivalence qui caractérisait le rapport de Morfi aux Français : tout en s’inspirant de leurs idées dans l’optique d’encourager le développement économique de l’Empire espagnol, il montre parfois envers eux une certaine aversion notamment en raison de la diffusion de la fameuse Légende Noire. En fin de matinée, Santiago Arroyo Serrano (« Intercambios intelectuales entre Francia y España : un diálogo auténtico desde la tradición filosófica española » ; Université de Salamanque), s’est intéressé à la figure d’Alain Guy, qui consacra sa vie à essayer de réhabiliter la philosophie et la pensée espagnoles, injustement ostracisées et méprisées. Le travail d’Alain Guy a contribué à tisser de nombreux liens entre l’Espagne et la France, et plus particulièrement entre Salamanque et Toulouse, liens qui perdurent jusqu’à aujourd’hui, et que le CEIIBA entend justement entretenir.
Les trois premières interventions de l’après-midi se sont consacrées aux échanges qui s’effectuèrent dans des contextes belliqueux au XIXème siècle. Tout d’abord, Pedro Rújula, de l’Université de Saragosse (« Las memorias de los combatientes franceses en la Guerra de España (1808-1814) : vivir, escribir, publicar ») a étudié le parcours de certains vétérans de la guerre d’Espagne qui publièrent leurs mémoires de guerre. Ces œuvres, qui transmettent une sensation d’immédiateté en tant que témoignages provenant de protagonistes des événements, ont souvent été considérées comme des sources historiques à part entière. Toutefois, Pedro Rújula s’est attaché à mettre en lumière les mécanismes de transformation de l’expérience vécue par le processus d’écriture, se déroulant souvent plusieurs années après les événements. Ainsi, ces œuvres doivent être manipulées avec précaution, eu égard à l’ensemble de filtres – émotionnels, politiques, éditoriaux, etc. – qui s’est intercalé entre l’expérience vécue et l’expérience racontée. Ensuite, Zineb Meghraf (« ‘Diario de un testigo de la Guerra de África’ o el posicionamiento político de Pedro Antonio de Alarcón frente a la Guerra de África (1859-1860) » ; CEIIBA) s’est intéressée à l’influence qu’a eue l’expérience de guerre de Pedro Antonio de Alarcón sur l’évolution de son positionnement politique. Et il se trouve justement que dans son cas, l’expérience de l’altérité que lui a procurée la guerre livrée par l’Espagne au Maroc a modifié radicalement ses positions sur la légitimité d’une telle guerre. Quant à la communication d’Alexandre Dupont (« La frontera como espacio político : una aproximación metodológica », Université de Strasbourg »), elle a eu pour objet l’étude des réseaux clandestins qui se mirent en place à l’époque de la Deuxième Guerre Carliste (1872-1876) et qui permirent la circulation de soldats des deux côtés des Pyrénées, faisant de cette frontière un espace politique à part entière échappant souvent aux volontés de contrôle étatique. La Journée d’Etudes a été conclue par l’intervention d’Alet Valero (« Azaña viajero y el PNT (1930-1931) » ; CEIIBA), la seule qui concernait le XXème siècle. Elle avait pour objet le rôle déterminant que joua le Président du Conseil de la 2ème République, Manuel Azaña, dans l’évolution d’un organisme créé sous la dictature de Primo de Rivera, le PNT (Patronat National au Tourisme), qu’il oriente vers un tourisme tourné vers des couches sociales plus larges y compris nationales, jetant ainsi les bases d’une Espagne capable de devenir une des premières destinations touristiques.

Le CEIIBA tient à remercier chaleureusement les organisateurs et participants, ainsi que le public d’étudiants et de chercheurs, qui a répondu présent à l’invitation et a contribué au succès de cette Journée. Enfin, nous adressons nos remerciements au CADIST d’Espagnol de la BUC, dirigé par Marianne Delacourt, pour son aide et soutien logistiques, notamment bibliographiques.

Conférence Luisa Valenzuela « L’écriture et le masque: littérature, femmes et politique »

26 octobre 2017 – Resp. Thérèse Courau

 

Notre équipe CEIIBA a accueilli la célèbre écrivaine argentine Luisa Valenzuela dans l’axe « Contre-archives » de notre programme de recherche. Cette invitation fait suite à celles de Cristina Rivera Garza en 2014, Ana García Bergua en 2015, Cecilia Eudave en 2016, une tradition qui participe à la reconnaissance des autrices et des femmes dans le champ littéraire. La conférence, présentée par la professeure Marie-Agnès Palaisi et dirigée par la professeure Thérèse Courau, s’est divisée en trois parties : une présentation de l’œuvre de Luisa Valenzuela, puis un ample entretien pris en charge par la professeure Courau sur le concept de la « máscara » dans la littérature de Valenzuela et, finalement, un débat auquel a pris part la nombreuse assistance.

Dans la présentation, Thérèse Courau a parcouru l’œuvre de Luisa Valenzuela et ses principales thématiques ainsi que la manière dont les évènements politiques – depuis la présidence de Perón jusqu’à la répression de la dictature argentine – ont marqué la production de Luisa Valenzuela. Selon ses propres mots, l’autrice écrit « contra aquellos que creen tener todas las respuestas » (contre ceux qui croient avoir toutes les réponses), une façon de voir la littérature qui problématise les rapports de pouvoir et croise les autoritarismes politique et patriarcal comme des mécanismes qui exercent une double censure sur l’énonciation des femmes.

Dans l’écriture du politique, nous pouvons citer notamment Aquí pasan cosas raras (1975), roman dans lequel elle dénonce la montée de l’autoritarisme en Argentine. Pendant la dictature, l’autocensure s’accentue et Valenzuela s´exile aux Etats-Unis où elle publie Cambio de armas (1982). A cette époque, elle se concentre sur la figure de López Rega avec son livre Cola de lagartija (1983), un de ses romans les plus connus. Valenzuela se montre alors comme l’une de représentantes majeures de la littérature de la dictature. A son retour en Argentine, elle continue à publier sur la thématique de « la politique de l’oubli » avec, par exemple, Realidad nacional desde la cama (1990) et Novela negra con argentinos (1990). Dans ses publications plus récentes, La travesía (2001) et El mañana (2010) thématisent la marginalisation des femmes du champ littéraire.

L’entretien sur la thématique L’écriture et le masque. Littérature, femmes et politique, a été l’occasion pour elle de revenir sur un thème qui ponctue comme une obsession toute son œuvre: le masque et ses diverses implications dans les mécanismes de pouvoir.

Il y a d’une part, le masque, comme intermédiaire entre le sacré et le profane, entre la psyché et l’extérieur, voile et dévoile, nous permet d’être toujours plus nous-même. Le masque est vivant, il récolte toutes les énergies et c’est en cela qu’il s’apparente au langage et à la parole. Ni l’un ni l’autre ne sont innocents, ils sont chargés d’une énergie qu’ils communiquent, de nombreux substrats qui leur confèrent leur pouvoir. L’autrice propose ainsi une descente dans les profondeurs des substrats du masque et en retire des processus d’appropriation et réappropriation du masque, intimement liés aux rapports de pouvoir.

Il y a d’autre part, le masque et le rapport des gouvernements autoritaires au secret, à la confiscation des paroles. L’enfance de Valenzuela au milieu des écrivains argentins les plus reconnus dont Borges, pour qui la politique dans la littérature était un anathème ; puis la jeunesse et « les amis de gauche », dans un contexte chaque fois plus répressif caractérisé par l’imposition du silence. Enfin la conviction qu’il faut écrire pour comprendre, ajouter des tons de gris contre le manichéisme masculin. La publication de Cambio de armas, puis, Cola de lagartija et, bien plus tard, La máscara sarda. El profundo secreto de Perón sont le reflet de la volonté de comprendre et de briser le silence.

Enfin, surgit la proposition de « la escritura como máscara », entre le dit et le non-dit, qui dévoile ce que l’on sait mais dont on ne veut pas parler, qui crée une brèche dans le silence général. L’écriture devient un outil pour démasquer les abus d’un système autoritaire qui se construit sur le silence. Valenzuela a ainsi parlé du masque, dans sa matérialité, qui prend part au jeu de l’écriture avec le corps, les hormones, les frissons et l’émotion. Ce masque, symbole la réunification de l’esprit et du corps qui donne lieu à la création verbale et littéraire, à la parole contre le silence.

Des histoires de visages : (pseudo) science médiévale et avatars (Conférence festival Scientilivres)

Par Amaia Arizaleta. Professeure d’études médiévales hispaniques  et directrice du CEIIBA .

 

Ma recherche personnelle, qui porte sur les textes hispaniques des XIIème et XIIIème siècles et sur l’histoire intellectuelle castillane à cette période, a été mise à contribution dans le cadre de Scientilivres : il est enthousiasmant de participer à la la diffusion publique des savoirs. Après tout, le visage, c’est bien un objet total : tous les éléments de la réalité humaine (physiques, psychologiques, sociaux ou politiques) s’y trouvent impliqués; le visage est produit dans l’humanité. Il s’agissait alors de parler de sciences : la physiognomonie était considérée comme une science pendant l’Antiquité et le Moyen Age. Elle fut le support d’échanges intellectuels et culturels au moyen âge, avant de devenir une ‘fausse science au succès mondain’ ou le fondement de dérives éthiques et de pratiques aujourd’hui condamnées. Á partir de l’évocation de quelques épisodes de l’existence de cette science médiévale (qui, elle aussi, avait l’ambition d’expliquer la totalité du monde naturel par la raison), une synthèse relative à l’évolution des mentalités et des idées sur la manière dont l’homme est au monde, sur l’expérience historique des hommes et des femmes dans le monde, a été donc proposée. Toutefois, qui parle de physiognomonie doit justifier sa propre démarche et l’importance de ce qu’il va dire, car de nos jours, la physiognomonie n’est pas politically correct, d’ailleurs pour d’excellentes raisons. J’espère avoir contribué un peu à montrer que la physiognomonie a vraiment derrière elle une histoire intéressante, qui transcende amplement l’infamie liée à l’empreinte raciste et qui la rapproche plutôt d’un naturalisme éclectique, plaisant à lire et instructif sur les époques et sur l’histoire des idées.

Carnet scientifique