Séance 2 Séminaire « Interroger sa source dans les études ibériques, ibéro-américaines et romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets ». 1er février 2019, UT2J.

Thématique de la séance 2: « Réécriture, intertextualité, traduction »

Johan Puigdengolas, CEIIBA: « Dans l’épaisseur d’une compilation: aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes »

Dans le cadre du séminaire méthodologique organisé par le CEIIBA, Johan Puigdengolas a présenté une communication intitulée : « Dans l’épaisseur d’une compilation : aux sources du Setenario d’Alphonse X. Méthodes et problèmes. ». Le Setenario (c. 1282-1284) d’Alphonse X (1252-1284) est un traité encore peu étudié. À travers quelques exemples choisis, il a présenté quelques-unes de ses hypothèses de travail et résultats de recherche. En accord avec la dynamique générale de ce séminaire, il nous a fait part de son point de vue sur quelques aspects méthodologiques liés à l’identification et à la problématisation à partir d’un travail d‘identification de sources.

Dans un premier temps, Johan Puigdengolas a proposé une présentation générale de la problématique des sources au Moyen Âge. Il a rappelé qu’au Moyen Âge, toute littérature cultive le plaisir de la redite. N’ayant pas de conscience du texte comme unité close, attribuée à un auteur, les hommes du Moyen Âge privilégiaient la familiarité à l’inédit. Les écrits de cette période sont donc en grande partie le fruit d’emprunts directs ou indirects à des œuvres antérieures. Le travail sur les sources suppose de composer avec trois données : l’écart entre le contexte culturel dans lequel un écrit est produit et la langue de rédaction de celui-ci, le décalage existant entre la tradition orale et la culture écrite, et enfin, le prisme de la mémoire ou « degré de citation » qui dépend de la source employée pour réaliser le texte cible (florilège, compilation, commentaire).

Continuer la lecture de Séance 2 Séminaire « Interroger sa source dans les études ibériques, ibéro-américaines et romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets ». 1er février 2019, UT2J.

Séance 1 Seminaire « Interroger sa source dans les Études Ibériques, Ibéro-américaines et Romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets ». 16 novembre 2018, Ut2j.

Quel que soit son thème et son domaine de recherche, le chercheur est amené à se confronter à une source primaire d’étude à partir de laquelle il construira son discours et sa réflexion. Chroniques, documents d’archives, récits, œuvres littéraires, documents iconographiques ou audiovisuels, etc., sont autant de sources qui possèdent des caractéristiques propres et qui, par conséquent, requièrent des approches méthodologiques particulières, qui pourront, en outre, varier en fonction des objectifs et thématiques de chaque chercheur. Le propos de ce séminaire sera d’examiner comment les jeunes chercheurs en Études Ibériques, Ibéro-américaines et Romanes, interrogent leur source afin d’en extraire la substance et d’en faire une interprétation et exploitation pertinentes et satisfaisantes.

Continuer la lecture de Séance 1 Seminaire « Interroger sa source dans les Études Ibériques, Ibéro-américaines et Romanes. Réflexion méthodologique à partir de cas concrets ». 16 novembre 2018, Ut2j.

Séminaire CEIIBA ‘Archive.archives’ (2), 30 novembre 2018

Introduction, Alet Valero (UT2J)

En guise d’introduction, Alet Valero ouvrira un certain nombre de pistes de réflexions sur la notion d’archive, notamment sur la définition-même de l’archive, de sa fonction et de son utilisation comme outil de pouvoir. Étroitement liée à la définition du ‘document’ -mais nous verrons lors des différentes communications que le lien ne va pas de soi-, l’archive serait nécessaire à l’activité scientifique et constituerait un support privilégié de l’administration (travail d’archivage). Mais se pose alors la question du périmètre de l’archive ; si l’archive se caractérise par son utilité, la littérature, les romans, les récits de voyage, … peuvent-ils constituer des archives ou, du moins, des outils de l’activité scientifique ? En réalité, la frontière semble plus poreuse qu’il n’y paraît. En effet, la littérature, les romans, les récits de voyage, … bien que relevant de la création artistique, ne seraient-ils pas plus aptes qu’un ‘document’ d’archive à transmettre la sensibilité d’une société à une période donnée ? Et l’archive, quant à elle, dit-elle vrai ? Est-elle neutre ? Objective ? En ce qui concerne la fonction de l’archive, est abordé le lien étroit qui s’établit entre l’archive et la construction sociale. Si l’état civil de chacun.e se fonde sur les archives, alors l’archive semble avoir une fonction performative : à partir du moment où nous écrivons, nous fondons. L’archive aurait donc une fonction sociale : elle raconte notre vie, trahit nos secrets, d’où le système de protection existant (nous ne pouvons consulter des archives qu’à partir d’un certain temps). Enfin, l’archive, en tant qu’outil administratif, serait circonscrite au domaine de l’État et serait donc un outil de pouvoir. Cependant, de la même façon que la notion de pouvoir suppose celle de contre-pouvoir, la notion d’archive suppose celle de contre-archive. La dialectique pouvoir/contre-pouvoir semble ainsi contaminer la notion de l’archive par l’importance qu’acquièrent dans les travaux scientifiques et la société les contre-archives.

CR par Zeinab MEGHRAF

 

« Le document et l’archive », Anne-Marie Moulis (UT2J)

Lors de la première intervention intitulée Le document et l’archive, Anne-Marie Moulis retracera l’histoire du ‘document’ depuis les prémisses de la conceptualisation de la notion de ‘document’ jusqu’à l’émergence actuelle de ‘données’. Avec Paul Otlet (cf. Traité de la documentation, 1934), le document est d’abord support et inscription ; l’information n’existe que dans sa matérialité. Cette dernière peut s’insérer dans tout type de support tels l’affiche, l’estampe, la carte, la carte postale, le livre, le périodique ou la photo (le cinéma n’est pas encore pris en compte car trop récent). Le document, figé, constitue une preuve irréfutable. Par la suite, avec Suzanne Briet (cf. Qu’est-ce que la documentation ?, 1951), le périmètre s’élargit et le document devient alors « toute base de connaissance fixée matériellement susceptible d’être utilisée pour consultation ou étude » et « tout indice concret ou symbolique conservé ou enregistré aux fins de représenter, de reconstituer ou prouver un phénomène physique ou intellectuel ». Viennent donc s’ajouter les notions de symbole et de représentation. Cette définition suppose, par ailleurs, un concept de fertilité documentaire : le travail scientifique, qui s’appuie sur des documents, engendre lui-même une profusion de documents. À titre d’exemple, l’antilope, en tant qu’objet d’étude, devient, par l’entremise du chercheur, document catalogué (photos, articles, …). Jean Meyriat, un des pionniers des sciences de l’information et de la communication, mettra en évidence, quant à lui, l’importance de l’interaction document/lecteur. Pour lui, le document « fixe l’information, est stable et durable, se prête donc à l’exploitation répétée, et est reproductible ». Jean Meyriat envisage donc le document dans sa matérialité mais également dans son usage et sa réception. Il met en place, en outre, le concept de ‘document par intention’ et de ‘document par attribution’ ; le document par intention étant celui qui est produit et le document par attribution, celui qui est lu par l’usager. La réception acquiert dès lors une importance capitale car sans l’usager, le document est inutile. C’est donc l’usager qui fait le document. Jusque-là, le document a été envisagé sous l’angle de sa matérialité et de sa réception. À cela, Marie-Anne Chabin rajoutera une nouvelle dimension en dissociant la document trace du document source. Le document trace, relié à l’activité de l’archiviste, sera conservé via les moyens que se donnera la société pour garder les ‘traces’ de son activité. Le document trace s’inscrit donc un temps et un espace précis. L’idée de ‘document source’, quant à elle, concerne l’usage fonctionnel du document et de sa réception. Par opposition au ‘document trace’, construit dans un espace-temps précis, le ‘document source’, lié à l’activité de lecture, s’inscrit dans une atemporalité. Avec l’ère du numérique, Jean-Michel Salaün rompra avec l’idée de matérialité de l’information et de fiabilité du document. Séquencé, coupé, copié, etc., le document est désormais modifiable. Selon lui, « le document est une trace permettant d’interpréter un événement passé à partir d’un contrat de lecture ». Le document est ainsi envisagé sous trois aspects : sa trace (forme matérielle du document qui permet de voir, de consulter) ; son contenu (dimension intellectuelle, ce que l’on peut lire) ; sa fonction (dimension mémorielle). En guise de conclusion, Anne-Marie Moulis considèrera le document comme une inscription sur un support, un support durable et pérenne. Sa fonction sera conditionnée par l’usager, ce qui suppose un contrat de lecture et donc une considération subjective du document. La finitude du document étant aujourd’hui remise en question par le numérique, une nouvelle question se pose : celle de la validation de l’information et du statut de l’auteur.

CR par Zeinab MEGHRAF

 

« Extension du domaine des archives. Quelles réponses de la part des services publics d’archives ? »,  Anne Goulet (Archives Départementales de la Haute Garonne)

Selon Anne Goulet, le terme archive a plusieurs significations différentes et qui prête à confusion. Selon le Code du Patrimoine (art. 211-1), il s’agit de « l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme ou leur support, produits par une personne morale ou une entreprise dans l’exercice d’une activité ». 

Cela dit, tout le monde est concerné par la production d’archive. Ce n’est pas l’ancienneté qui compte pour qualifier un document d’archive mais son contexte de production, et tous les supports et formats sont pris en compte, pas seulement les supports traditionnels.

Les notions de contexte de production et de caractère organique des archives (manière dont les documents ont été produits) sont fondamentales et absolument essentielles.

Les archives se distinguent grandement des livres, ces derniers étant rédigés, publiés, édités dans le but d’être lus. Elles se distinguent aussi des dossiers documentaires. Les livres que pour les dossiers documentaires ont une finalité précise, contrairement aux document d’archives.

On parle beaucoup « d’une archive » ou de « l’archive ». L’archiviste parle de « document d’archive ». Un document à lui tout seul perd de sa signification à partir du moment où il est isolé de son contexte de production. 

Les services publiques d’archives collectent des archives publiques mais ils sont également habilités à collecter archives privées. Depuis années 70-80, on s’intéresse aussi aux archives d’entreprise, surtout lorsque celle-ci disparaît (hormis certaines qui sont encore en fonctionnement), mais aussi aux archives d’architectes, de syndicats, de partis politiques, mais aussi d’associations très contemporaines (sur leur demande).

Se pose la question du statut des archives de la recherche : est-ce que les archives d’un chercheur sont des archives personnelles ou des archives publiques ? L’enseignant chercheur étant un fonctionnaire, on peut donc se dire que ce sont des archives publiques. Il en va de même pour la production d’une équipe de recherche. 

Nous vivons dans une société où la production écrite et le poids de l’administration sont de plus en plus importants, et où la production numérique est considérée comme encore trop volatile. Le résultat de cette position est qu’en 2017, les services publiques d’archives ont collecté 100 km linéaire et 95To de données numériques. Au total, il y a 4000 km linéaires d’archives définitives en France (on ne conserve que 10% de la production administrative). Les archives électroniques sont en devenir. Actuellement dans administration, la production est hybride, entre papier et électronique. Ceci pose de gros problèmes techniques car les supports et formats évoluent rapidement : se pose donc les problèmes de la conservation pérenne et de la traçabilité et de l’intégrité de l’information numérique. 

Anne Goulet souligne donc le problème de la maîtrise de toute cette masse d’information et de son stockage physique. Il y a de plus en plus de production et d’interlocuteurs et les bâtiments d’archives continuent de se remplir, tout ceci étant compliqué par les évolutions politiques et administratives des quinze dernières années. Il est donc devenu nécessaire de trier les archives publiques (tri inscrit dans le Code du Patrimoine). Actuellement, on trie par « échantillonnage », par tri alphabétique, numérique ou géographique (certaines lettres, années ou localités), ou par tri sélectif, où l’on juge de l’intérêt d’un document. Selon les régions, ces recommandations ne sont pas appliquées avec la même souplesse. Se pose donc la question de l’homogénéité des corpus que l’on offrira à terme aux chercheurs. La plateforme de consultation « Archives pour demain » lancée en avril 2018 interroge les utilisateurs sur ce que pouvaient être les archives essentielles (notion canadienne, grandes catégories faisant droit pour l’administration et les usagers). 

Les archives sont conservées dans l’intérêt publique tant pour la justification des droits des tiers que pour le travail de recherche historique. En parallèle, une nouvelle demande sociale émerge sur les « archives minuscules » (ne portent que sur un individu). On peut se demander s’il est pertinent d’aménager des kilomètres d’archives pour répondre à une très hypothétique demande d’un nombre très réduit d’administrés. 

L’objectif à moyen terme (20 ans) est le passage au tout numérique, pour résoudre les problèmes physiques de place que prennent les archives. 

CR par Émilie CADEZ ORTOLA

 

« Les archives comme traces », Jean-Michel Minovez (UT2J)

Jean-Michel Minovez pose la question de l’objectivité de l’historien par rapport au document. Notre démarche doit être scientifique. Il précise également que les enjeux en terme de conservation d’archives peuvent être politiques et sociaux. 

Quelle différence y a-t-il donc entre source, document et archives ? L’historien doit avoir une définition claire de l’archive. L’archive est un document brut. Selon Arlette Farge, la notion d’archive est restrictive. Les siennes sont judiciaires (retracer l’histoire d’une société à travers la source judiciaire). Pour Arlette Farge, la source est d’abord le manuscrit. Cependant, document égale-t-il archive ? Tous les documents sont-ils des archives ? Le document brut est produit par une administration qui fait état d’une activité particulière et qui a le caractère objectif de rendre compte d’une activité, certes sous un angle de vue voulu par l’administration mais sans autre intention que cela. Il s’oppose par exemple au journal, qui a une intention car il est écrit dans l’esprit d’être lu. 

Jean-Michel Minovez pose également la question de la source littéraire. Les sources littéraires poses un problème à partir du moment où on ne peut pas les croiser avec des sources qui ne sont pas intentionnelles. 

Il y a parfois confusion entre sources et fonds d’archives. Dans l’esprit des historiens, « documents » signifiera presque toujours « document écrit ». L’historien a sous les yeux des traces qui ont été constituées dans un contexte particulier. 

Un changement fondamental se produit avec l’approche réellement scientifique et critique de la documentation. C’est à l’historien d’interroger le document avec une méthode critique pour construire un discours historique, mais toujours avec des documents écrits : s’il n’y a pas d’écrit, il n’y a pas d’histoire. 

La critique externe et interne du document pose les bases fondamentales que chaque historien doit garder à l’esprit quand il interroge un document. 

Avec la naissance de l’anthropologie historique, l’histoire, de plus en plus poussée, se dirige vers le domaine des mentalités et des représentations pour aller vers une histoire totale. On croise les méthodologies, avec les autres sciences sociales. Il s’agit de comprendre l’homme dans sa diversité, avec une véritable réflexion méthodologique, inter et transdisciplinaire. 

Il est nécessaire de comprendre comment le document a été produit mais aussi comment il a été classé, pour le comprendre dans son ensemble. 

Par ailleurs, les archives privées sont souvent un apport remarquable pour l’historien. 

Peut-on faire une histoire sans documents et sans archives ? Michel de Certeau s’interrogeait sur les lacunes historiographiques. Il s’agit de trouver des documents nouveaux, jusque là négligés. Malgré tout, les blancs et les silences demeurent, d’où l’idée de faire de l’histoire sans documents. Pour les périodes les plus récentes, l’idée est de créer sa propre archive (enquêtes et archives orales). Les croisements entre les disciplines de sciences sociales vont permettre d’élaborer une méthodologie solide. Il est nécessaire de démontrer la valeur de l’archive orale et de procéder à une reconstitution complète et qui soit plus proche du vécu. Nous devons tout de même conserver de la prudence et un esprit critique, même dans la constitution de l’archive ouverte, pour prendre en compte la porosité de la mémoire, l’intentionnalité potentielle (préparer un récit, prendre le récit d’un autre) et la fabrication de la mémoire. Se pose alors la question des recoupements avec d’autres témoignages et des documents écrits. Les archives orales sont juste là pour combler les silences des archives écrites et ne sont pas réellement des sources selon tout le monde. Cela peut être aussi une autre manière d’écrire l’histoire. 

Jean-Michel Minovez conclue en citant Marc Bloch : « N’y a-t-il pas d’histoire que contemporaine ? »

CR par Émilie CADEZ ORTOLA

“La perspectiva de género: modos de leer, escribir y subvertir en tres escritoras mexicanas” (Rencontre avec María Elena Madrigal, 30 octobre 2018)

Par: Flavia Tijerino Pérez

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observedepuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexiqueainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigalqui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Sonrecueil de récits courts Contarte enlésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en estl’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de

Pouvoir (dé)construire la critique littéraire encore trop genrée reste un sujet d’actualité dans le monde des arts. Comment peut-on (ré)apprendre à lire et à critiquer autrement ? Quels sont les instruments à notre disposition nous permettant de questionner le cadre herméneutique qui définit et limite notre manière de lire, d’écrire ou d’analyser ? Peut-on, par ailleurs, séparer l’œuvre de la vie d’un-e artiste ou isoler son œuvre du contexte de publication ?

Pour María Elena Madrigal, spécialiste de littérature féministe et queer mexicaine, opter pour une approche intégrée du genre pourrait nous permettre de rompre avec certaines de ces normes et ouvrir la critique vers d’autres formes de pensée moins masculinistes et plus inclusives.

C’est autour de ces questionnements qu’une enrichissante rencontre, organisée par le CEIIBA, s’est tenue avec cette professeure de littérature du Colegio de México le 30 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de l’UT2J.

Lors de cette rencontre, Madrigal nous a fait découvrir le parcours de vie de deux autrices mexicaines lesbiennes du XXème siècle, des parcours de vie souvent oubliés – ou plutôt invisibilisés – par les critiques littéraires mais qui sont, pour Madrigal, indispensables lorsqu’on souhaite lire et comprendre leurs œuvres littéraires. 

C’est ainsi que nous apprenons premièrement l’histoire de la poétesse lesbienne Conchita Urquiza, née en 1910 à Morelia et morte noyée très jeune, à 36 ans. Son œuvre a pu voir le jour « grâce » au prêtre Gabriel Méndez Plancarte, ami de la poétesse, qui publia un recueil de poèmes posthumes en 1946. Mais ce recueil ne présente malheureusement pas la totalité de poèmes écrits par Urquiza. Méndez Plancarte décida en effet de censurer quelques-uns d’entre eux et imposa à travers sa préface une seule et unique lecture de l’œuvre d’Urquiza, vue par lui comme une « poeta mística que se debate entre lo divino y humano ».

Cette lecture continue de forger encore aujourd’hui la figure d’Urquiza, qui est toujours lue et analysée par les critiques littéraires à partir de cette seule thématique. Pour Madrigal, cette grille de lecture qui persiste, cache la réelle intention poétique d’Urquiza.

C’est ainsi que, lors de la (re)lecture de certains de ces poèmes comme « Una mujer aeroleada por sus cabellos », Madrigal nous dévoile cette « performatividad transgresora » de l’œuvre poétique d’Urquiza. Loin de représenter une certaine mysticité religieuse, Urquiza esquisse ici clairement l’amour entre deux femmes. Madrigal a voulu montrer avec cet exemple comment la critique littéraire a volontairement effacé l’orientation sexuelle d’Urquiza pour présenter une analyse détachée du parcours de vie de l’artiste au profit d’un certain puritanisme genré.

Nancy Cárdenas (1934-1994), a connu le même « destin » littéraire qu’Urquiza. Cárdenas fut une écrivaine, dramaturge, réalisatrice, actrice, traductrice, entre autres, très connue dans le Mexique du XXème siècle. Elle a été également engagée politiquement, comme Urquiza, dans le parti communiste mais à la différence de cette dernière elle a été aussi engagée dans le mouvement LGBT (la « guerrillera disfrazada de artista »). En effet, Cardenas fut la première artiste mexicaine à révéler au monde son orientation sexuelle lors d’un programme télévisé.

Bien que son œuvre montre clairement son engagement comme communiste et activiste du mouvement LGBT, l’institution littéraire a souvent choisi de faire l’impasse sur cette partie de son histoire. Ainsi, sa pièce de théâtre « El día que pisamos la luna » par exemple, qui, à travers la parole de quatre femmes, aborde des sujets encore d’actualité comme la légalisation du cannabis, la sexualité, le lesbianisme ou encore la déconstruction de l’amour romantique, n’est présentée que depuis des angles qui invisibilisent le positionnement politique de cette « artiviste ».

Comme avec Urquiza, la critique a décidé d’effacer certains aspects de son parcours de vie pour édifier son œuvre selon les critères genrés de la critique littéraire, en oubliant que choisir de faire l’impasse sur la totalité biographique d’un-e artiste peut inévitablement mener à des contresens de lecture.

Les parcours de vie des écrivaines du XXème siècle, présentés par Madrigal, nous ont permis de nous rendre finalement compte que les dispositifs herméneutiques à partir desquels on lit les œuvres de beaucoup des femmes sont encore très masculinistes et transhistoriques, c’est-à-dire décontextualisés. L’approche intégrée de genre permettrait en ce sens, pour Madrigal, une (re)lecture plus fidèle et proche des intentions artistiques des œuvres d’art des écrivaines comme Urquiza ou Cárdenas.

Ceci dit, on observe depuis quelques années une revalorisation des écrivain-e-s LGBTQI+ au Mexique ainsi que l’apparition des nouvelles auteur-trice-s comme María Elena Madrigal qui réinventent les règles du jeu en questionnant les normes établies. Son recueil de récits courts Contarte en lésbico, qui nous a été présenté à la fin de la rencontre, en est l’exemple : à travers l’usage de l’ironie et de l’humour, Madrigal remet en cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au sein de couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout) déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?

, Madrigal remeten cause le système hétéropatriarcal ainsi que les stéréotypes de genre au seinde couples lesbiens qui sont parfois réaffirmés ironiquement mais aussi (et surtout)déplacés et resignifiés.

Même si on observe quelques avancées dans la manière d’aborder et d’analyser les œuvres littéraires « subalternes », face à cette toujours présente « épistémologie de l’ignorance » de la critique littéraire contemporaine, une dernière question se pose pour Madrigal : est-ce que le genre serait un trope ?

Giros Culturales III – Giro Espacial – 13 avril 2018

El giro espacial ocupa un lugar privilegiado dentro de los giros culturales tanto por la metáfora del “movimiento”, de “giro”, como por la concepción de espacios alterables. La noción tradicional de identidad cultural u hogar, pasa a considerarse un factor de creación de relaciones sociales, diferencias y entrelazamientos, como un resultado complejo y a menudo contradictorio de localizaciones, requerimientos de espacio, delimitaciones y exclusiones. El enfoque de la “cultura como espacio” propone un análisis dinámico desde la construcción social y su consideración del espacio pone por delante lo sincrónico sobre lo diacrónico; lo sistemático sobre lo histórico: se resalta la simultaneidad y las constelaciones espaciales, y la idea de desarrollo evolutivo queda reprimida (explicación de la historia lineal, con espacios lineales, descubrimiento de América, nuevo imperio de Estados Unidos, etc…). La relación más significativa en el giro espacial consta de, por un lado, perspectivas de espacio políticas (poscoloniales) que ven el espacio como poder y se enfocan en un eurocentrismo crítico de centro y periferia y, por otro, de aquellas perspectivas que ven este giro como un aumento de la atención hacia la parte espacial del mundo y su historia. Continuer la lecture de Giros Culturales III – Giro Espacial – 13 avril 2018

Carnet scientifique