Conférence Luisa Valenzuela « L’écriture et le masque: littérature, femmes et politique »

26 octobre 2017 – Resp. Thérèse Courau

 

Notre équipe CEIIBA a accueilli la célèbre écrivaine argentine Luisa Valenzuela dans l’axe « Contre-archives » de notre programme de recherche. Cette invitation fait suite à celles de Cristina Rivera Garza en 2014, Ana García Bergua en 2015, Cecilia Eudave en 2016, une tradition qui participe à la reconnaissance des autrices et des femmes dans le champ littéraire. La conférence, présentée par la professeure Marie-Agnès Palaisi et dirigée par la professeure Thérèse Courau, s’est divisée en trois parties : une présentation de l’œuvre de Luisa Valenzuela, puis un ample entretien pris en charge par la professeure Courau sur le concept de la « máscara » dans la littérature de Valenzuela et, finalement, un débat auquel a pris part la nombreuse assistance.

Dans la présentation, Thérèse Courau a parcouru l’œuvre de Luisa Valenzuela et ses principales thématiques ainsi que la manière dont les évènements politiques – depuis la présidence de Perón jusqu’à la répression de la dictature argentine – ont marqué la production de Luisa Valenzuela. Selon ses propres mots, l’autrice écrit « contra aquellos que creen tener todas las respuestas » (contre ceux qui croient avoir toutes les réponses), une façon de voir la littérature qui problématise les rapports de pouvoir et croise les autoritarismes politique et patriarcal comme des mécanismes qui exercent une double censure sur l’énonciation des femmes.

Dans l’écriture du politique, nous pouvons citer notamment Aquí pasan cosas raras (1975), roman dans lequel elle dénonce la montée de l’autoritarisme en Argentine. Pendant la dictature, l’autocensure s’accentue et Valenzuela s´exile aux Etats-Unis où elle publie Cambio de armas (1982). A cette époque, elle se concentre sur la figure de López Rega avec son livre Cola de lagartija (1983), un de ses romans les plus connus. Valenzuela se montre alors comme l’une de représentantes majeures de la littérature de la dictature. A son retour en Argentine, elle continue à publier sur la thématique de « la politique de l’oubli » avec, par exemple, Realidad nacional desde la cama (1990) et Novela negra con argentinos (1990). Dans ses publications plus récentes, La travesía (2001) et El mañana (2010) thématisent la marginalisation des femmes du champ littéraire.

L’entretien sur la thématique L’écriture et le masque. Littérature, femmes et politique, a été l’occasion pour elle de revenir sur un thème qui ponctue comme une obsession toute son œuvre: le masque et ses diverses implications dans les mécanismes de pouvoir.

Il y a d’une part, le masque, comme intermédiaire entre le sacré et le profane, entre la psyché et l’extérieur, voile et dévoile, nous permet d’être toujours plus nous-même. Le masque est vivant, il récolte toutes les énergies et c’est en cela qu’il s’apparente au langage et à la parole. Ni l’un ni l’autre ne sont innocents, ils sont chargés d’une énergie qu’ils communiquent, de nombreux substrats qui leur confèrent leur pouvoir. L’autrice propose ainsi une descente dans les profondeurs des substrats du masque et en retire des processus d’appropriation et réappropriation du masque, intimement liés aux rapports de pouvoir.

Il y a d’autre part, le masque et le rapport des gouvernements autoritaires au secret, à la confiscation des paroles. L’enfance de Valenzuela au milieu des écrivains argentins les plus reconnus dont Borges, pour qui la politique dans la littérature était un anathème ; puis la jeunesse et « les amis de gauche », dans un contexte chaque fois plus répressif caractérisé par l’imposition du silence. Enfin la conviction qu’il faut écrire pour comprendre, ajouter des tons de gris contre le manichéisme masculin. La publication de Cambio de armas, puis, Cola de lagartija et, bien plus tard, La máscara sarda. El profundo secreto de Perón sont le reflet de la volonté de comprendre et de briser le silence.

Enfin, surgit la proposition de « la escritura como máscara », entre le dit et le non-dit, qui dévoile ce que l’on sait mais dont on ne veut pas parler, qui crée une brèche dans le silence général. L’écriture devient un outil pour démasquer les abus d’un système autoritaire qui se construit sur le silence. Valenzuela a ainsi parlé du masque, dans sa matérialité, qui prend part au jeu de l’écriture avec le corps, les hormones, les frissons et l’émotion. Ce masque, symbole la réunification de l’esprit et du corps qui donne lieu à la création verbale et littéraire, à la parole contre le silence.

Des histoires de visages : (pseudo) science médiévale et avatars (Conférence festival Scientilivres)

Par Amaia Arizaleta. Professeure d’études médiévales hispaniques  et directrice du CEIIBA .

 

Ma recherche personnelle, qui porte sur les textes hispaniques des XIIème et XIIIème siècles et sur l’histoire intellectuelle castillane à cette période, a été mise à contribution dans le cadre de Scientilivres : il est enthousiasmant de participer à la la diffusion publique des savoirs. Après tout, le visage, c’est bien un objet total : tous les éléments de la réalité humaine (physiques, psychologiques, sociaux ou politiques) s’y trouvent impliqués; le visage est produit dans l’humanité. Il s’agissait alors de parler de sciences : la physiognomonie était considérée comme une science pendant l’Antiquité et le Moyen Age. Elle fut le support d’échanges intellectuels et culturels au moyen âge, avant de devenir une ‘fausse science au succès mondain’ ou le fondement de dérives éthiques et de pratiques aujourd’hui condamnées. Á partir de l’évocation de quelques épisodes de l’existence de cette science médiévale (qui, elle aussi, avait l’ambition d’expliquer la totalité du monde naturel par la raison), une synthèse relative à l’évolution des mentalités et des idées sur la manière dont l’homme est au monde, sur l’expérience historique des hommes et des femmes dans le monde, a été donc proposée. Toutefois, qui parle de physiognomonie doit justifier sa propre démarche et l’importance de ce qu’il va dire, car de nos jours, la physiognomonie n’est pas politically correct, d’ailleurs pour d’excellentes raisons. J’espère avoir contribué un peu à montrer que la physiognomonie a vraiment derrière elle une histoire intéressante, qui transcende amplement l’infamie liée à l’empreinte raciste et qui la rapproche plutôt d’un naturalisme éclectique, plaisant à lire et instructif sur les époques et sur l’histoire des idées.

Compte rendu : atelier ‘découverte’ : ‘à découvert’ ! Avec Laurence Mullaly (2 octobre 2017)

La professeure Laurence Mullaly, de l´Université de Bordeaux Montaigne, a animé « l’atelier découverte : à découvert » dans notre laboratoire CEIIBA, autour d’archives et de contre-archives audiovisuelles, à travers le prisme des études culturelles et des études féministes et de genre latino-américaines et françaises.

Au cours de sa présentation, la professeure a présenté des concepts clefs de l´audiovisuel qui font du cinéma une archive de la mémoire :

  • Le cinéma peut être considéré comme un langage de la mémoire. Il se fait d´images qui interviennent dans la constitution de nos identités, définissant l’identité comme culture, c´est-à-dire comme un répertoire historiquement structuré qui nous permet d’organiser nos pratiques, nos comportements et nos croyances collectives et individuelles au quotidien.
  • L’archive audiovisuelle peut être considérée comme un texte audiovisuel. Comme un dictionnaire mondial des images.
  • La fonction habituelle de l’image est la fonction référentielle. L’image, en tant qu’illusion qui produit un effet de réel, constituerait une « vérité de l’imaginaire » (Leonor Arfruch). L’image est le résultat de ce qui est une occasion, d’une série de décisions conscientes et inconscientes : il est donc essentiel de la considérer comme une construction plus ou moins hasardeuse.
  • Quant à sa réception, l’image produit un effet sur notre connaissance, c´est-à-dire, une ouverture de notre regard qui pose de nouvelles questions d’intelligibilité. Pour une ontologie des images : débat sur la photographie et la vérité, la notion de preuve.

A partir du visionnage du documentaire Toute la mémoire du monde (1956) :

  • L’interrogation de la mémoire. Comment accède-t-on à cette mémoire du monde ?
  • Le statut des images évolue dans le temps, c´est un statut des survivants. C’est une quête des sens, une quête sur l’histoire.
  • L’archive est plus que la mémoire de ce qui est perdu, plus que la récupération de l’origine. (Derrida, Mal d’archives)
  • Huberman dans son dialogue avec Walter Benjamin. Abby Warbourg : apparition unique d’un lointain, si proche soit-il. Confusion des époques comme étant présentes dans chaque moment historique, dans chaque geste de notre corps.
  • Le montage est chacun de nos gestes sociaux. Les images ne documentent pas seulement une histoire et ne reflètent pas que l’époque dont elles sont contemporaines. Elles sont aussi le reflet d’une sédimentation de la mémoire, l’expression d’une mémoire refoulée : La véritable image du passé se faufile devant nous.

La présentation s’est terminée par une discussion sur le concept d’archives et contre-archives durant laquelle les questions suivantes ont été débattues :

  • Les archives découvrent et révèlent : les archives sont là ; qu’est-ce qu’on en fait ? L’usage fait qu’une archive devient une contre-archive.
  • Archive : exhaustivité du monde. Comme une bibliothèque ?
  • Effet cognitif de l’archive. L’accumulation qui questionne les catégories hégémoniques. L’archive biologique. Dimension dans la matérialité de l’image.
  • Les plis, les pleins et les déliés – à découvert… Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux. Voir et ne pas voir. Dire et ne pas voir.
  • A découvert, comment travailler ? Comment lire (vivre avec) une image, les pleins et les déliés ?
    • Des territoires plutôt que des lieux disciplinaires.
    • Faire se rencontrer théorie et pratique.
    • Travailler avec les archives : les images plient et replient.
  • Archives ou métaphore d’archives ? Ce qui est en jeu, c’est la catégorisation.
  • La BNF comme un dispositif institutionnel, comme une forteresse. Les contre-archives défient ces dispositifs institutionnels.
  • Chacune des images est-elle une archive ? Ou bien l’archive est-elle constituée par l’accumulation des images ?

 

« Archives et contre-archives minoritaires: élites et discours subalternes »

À la suite des propositions de Michel Foucault dans L’archéologie du savoir (1969) et dans Dits et écrits(1994), et à partir des travaux plus récents réalisés en analyse du discours —citons, entre autres, Pêcheux et Fuchs (1975) ; Guilhaumou, Maldidier et Robin (1994) ; Maingueneau (1991) ; Charaudeau et Maingueneau (2002)—, notre équipe se propose de poursuivre les recherches menées précédemment, en relevant, pour l’aire culturelle ibérique et ibéro-américaine, le défi formulé par Benjamin : « Il y a un rendez-vous mystérieux entre les générations défuntes et celles dont nous faisons partie nous-mêmes » (Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire– VII). Nous entendons ce « rendez-vous » en tant qu’actualité toujours en suspens de forces sociales dont les luttes, politiques et symboliques, ont été effacées ou déguisées par la tradition, les processus et les conflits de l’histoire.

  • Archiveconstituée

C’est pourquoi nous envisagerons l’Archive premier lieu dans son renvoi au pouvoir et à l’autorité, nous l’entendrons en tant qu’« archéion » d’une collectivité, qui rassemble les énoncés relevant d’un même positionnement, inséparables d’une mémoire et d’institutions qui leur confèrent leur autorité (Maingueneau 1991 et 2002). Cette articulation nous permettra d’explorer et d’interroger la notion autant dans son sens strict que dans un sens plus étendu : qu’est-ce qu’un document, comment se constitue son statut, quelles sont les différentes phases d’un document d’archive, quels sont les a priori historiques qui ont rendu réels les énoncés ainsi diffusés et ont rendu impossibles d’autres énoncés trop hétérogènes. Si l’analyse de l’archive telle que la conçoit Foucault « nous déprend de nos continuités » et « fait éclater l’autre et le dehors » (Foucault, 1969 : 172), elle s’avère essentielle à la réflexion que nous tentons de conduire sur les mondes ibériques et sur les mondes hétérogènes, coloniaux et postcoloniaux dont relèvent nos objets d’étude, de la correspondance des sociétés savantes du XVIIIe siècle aux expérimentations littéraires et cinématographiques du féminisme latino-américain contemporain, en passant par les enquêtes ethno-historiques coloniales, les constitutions d’identités nationales ou régionales, les discours, les pratiques et les processus qui les sous-tendent ou qu’elles générent, l’école et la formation, à la fois dans ses contenus, dans ses méthodes et dans ses acteurs, la préservation et la recréation du patrimoine (architectural, archéologique, muséologique) et leurs stratégies de valorisation,  etc.
La constitution de l’archive est un domaine en-soi qui a mobilisé une partie de l’historiographie, dans le cas de l’Espagne avec les Archives de la Courone d’Aragon au XIIIe siècle, les Archives de la Chancellerie royale de Valaldolid (XIVè siècle), les Archives generales de Simancas (XVè siècle), les Archives générales des Indes (XVIIIè siècle), les Archives Historiques nationales (XIXè siècles) et les Archives générales de l’Administration et de l’Etat au XXè siècle.
Afin de mieux matérialiser les différentes orientations de notre réflexion et la diversité des interrogations que supportera la notion d’archive mise en œuvre, nous lui adjoindrons aussi trois situations hypothétiques, à la fois physiques et métaphoriques : la perte, l’invention et l’inachèvement.

  • Archive Perdue

Les archives peuvent être recueillies ou effacées, conservées ou censurées, célébrées, commémorées ou niées, oubliées. Ces situations nous invitent à poser le problème des institutions, de leurs productions et pratiques culturelles, des formes et des genres discursifs qu’elles constituent en « archétextes » (Maingueneau et Cossutta, 1995), telles que les enquêtes menées par les religieux espagnols pour comprendre et reconstituer le passé préhispanique. Ces dernières ont parfois disparu sans que l’on en connaisse la raison (comme Las antigüedades mexicanas de fray Andrés de Olmos) ou confisquées par ordre du roi Philippe II (comme la Historia general de las cosas de la Nueva España de Sahagún). Elles sont partiellement retrouvées de façon dispersée et conservés « aux quatre coins du monde ».
Les enjeux semblent clairs : tracer les limites d’une collectivité, d’une société, poser les normes de « l’humain » ainsi définies dans un contexte déterminé. La vulnérabilité des énoncés est aussi celle des sujets qui les énoncent. Nous pensons, par exemple, non plus au soldat inconnu que les monuments célèbrent, mais à la femme du soldat inconnu, à laquelle le 26 août 1970 le MLF rendait hommage (Picq, 1993) ; nous pensons aux « disparus » d’Argentine, du Chili, d’Amérique centrale ou encore de la Guerre civile espagnole, et aux recherches d’Anthropologie légale pour retrouver la trace de ceux que l’histoire a tenté d’effacer. Les réflexions de Judith Butler sur les archives humaines du 11 septembre 2001 et des guerres menées par les États-Unis soulignent le statut différentiel des morts, selon qu’ils sont Nord-américains, Irakiens ou Afghans (Butler, 2005).
La perpétuation de la mémoire et sa transmission permettent de combler les silences de l’histoire consignée : les populations contemporaines peuvent devenir des archives vivantes (contes, récits, fêtes, chansons, …).

  • Archive Inventée

S’agit-il de trouver ou de retrouver ces énoncés perdus, ces documents enfouis ou s’agit-il avant tout d’opter pour une démarche active d’invention qui doute de l’existence préalable de documents considérés en tant que tels et constitue en documents des traces hétérogènes, demeurées longtemps illisibles, à la fois présentes et ignorées ? De la reconstruction du destin de ces documents à la réévaluation de ce qui peut constituer un document, c’est une double opération qui est mise en œuvre : de questionnement des stratégies qui ont régi les lisibilités et disposé des lacunes, et d’invention de stratégies qui rendent accessibles des connaissances exclues, niées, censurées. À côté de « l’orthogenèse de la raison » (Foucault 1969) les connexions de lectures alternatives et la dérive des cadres herméneutiques vont jusqu’à composer de nouveaux seuils, signalant et instituant des supports documentaires recomposés à partir d’éléments divers, disséminés.
La mémoire individuelle devient archive collective à la faveur des démarches actuelles de constitution de fonds et d’enregistrement de témoignages oraux (exil républicain espagnol, « disparus », langues minoritaires etc.).

  • Archive inachevée

C’est bien évidemment un rapport au temps que nous explorons dans cette notion élargie d’archive, avec les discontinuités qui fondent le sens, les continuités qui semblent mouvoir naturellement les configurations humaines historiques. Cependant, à côté de l’apparence homogène, continue, cohérente et stable de l’archive, il y a la découverte des luttes et des discontinuités non narrées, la construction du présent à partir d’une recomposition sélective du passé — l’Amérique coloniale voulant faire table rase du passé préhispanique ou l’Amérique indépendante du passé colonial, par exemple — où s’abîme le temps de généalogies discrètes et de naturalisations muettes. Nous entrons dans les orientations que défrichent les études post-coloniales et subalternes, les études culturelles et les études Genre. Les processus de reconstruction, de reconstitution ou a contrario, de déconstruction et/ou de dissimulation du passé induisent une série de questionnements sur les a priori et l’arbitraire des critères qui le régissent, par exemple dans la perspective d’une « réinvention de la tradition » (Eric Hobsbawm). Ces critères sont mobilisés en fonction d’idéologies matérialisées par des pratiques et des institutions, sont débattus et réarticulés dans les champs du savoir et mis en œuvres dans les politiques culturelles et patrimoniales. Il y a lieu de s’interroger sur les objectifs, explicites ou implicites, qui sont poursuivis quant à l’archivage et la conservation de la « mémoire ».
Il y a lieu parallèlement d’inventer un autre rapport aux savoirs, l’actualité du « rendez-vous » de l’archive impliquant un « savoir situé », aux côtés des subalternes ou, pour reprendre les termes de Dona Haraway dont les travaux inspirent nos positions, aux côtés d’autres « impropres / inapproprié-e-s » (Haraway, 1992). Ces questionnements des cadres de l’expérience et des paradigmes déterminant les savoirs institués sont nécessaires pour concevoir autrement qu’en tant qu’objets passifs ces réseaux d’acteurs et d’actrices racialisés, sexualisés, stigmatisés. Ils constituent un important enjeun – dans des ensembles multi-culturels, multi-ethniques, locaux, nationaux et transnationaux qui nous occupent- car leur position d’ « autres dis-loqués » (« otros dis-locados », Maria Luisa Femenías), les place dans une relation critique déconstrutive aux savoirs.
Ces acteurs, dans notre contemporanéité, fondent leur identité et leurs revendications politiques sur une série de stratégies de patrimonalisation qui conduisent à une prolifération de nouvelles archives, celles-ci devenant en quelque sorte sans cesse en cours de construction : exclues par les pratiques institutionnelles, l’histoire politique et sociale des luttes – en particulier des luttes symboliques- des classes subalternes (classes sociales mais aussi classes racialisées et classes de « sexe »), effacées des registres officiels, sont à la fois aujourd’hui l’objet de revendications patrimoniales. La création de fonds, de centre de documentation, de lieux de mémoire est associé aux multiples outils que fournissent les nouvelles technologies. L’accessibilité de ces dernières favorise, stimule et catalyse ces nouvelles pratiques d’archivage (archives en ligne), et entraînent paradoxalement —ou logiquement?— une désacralisation de l’archive qu’il importe d’explorer pour les mutations sociales, symboliques et politiques qu’elles semblent accompagner et les enjeux épistémologiques qui les articulent.

Carnet scientifique