Journée d’Etudes CEIIBA : « Espagne-France : transferts, échanges et mobilités (XVIIIe – XIXe – XXe siècles) »

Organisateurs : Cécile Mary Trojani, Emilie Cadez Ortola, Alet Valero

Vendredi 10 novembre 2017 – Université Toulouse-II Jean Jaurès

Une Journée d’Etudes organisée par le CEIIBA (Comité organisateur : Cécile Mary Trojani, Emilie Cadez et Alet Valero) s’est tenue le vendredi 10 novembre 2017 à l’Université Toulouse Jean Jaurès. Intitulée « Espagne-France : transferts, échanges et mobilités (XVIIIe – XIXe – XXe siècles) », cette manifestation scientifique fut l’occasion d’apprécier les modalités particulières des multiples contacts culturels qu’ont connus les deux pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à l’époque contemporaine. Les mobilités humaines, s’inscrivant parfois dans des réseaux scientifiques ou sociétaires, permirent la circulation des idées et les transferts culturels de diverses natures. Cela dit, les échanges purent également se réaliser par d’autres biais : relations épistolaires, traductions d’œuvres étrangères, etc. Dans tous les cas, ils furent à l’origine de la production de nombreuses archives, plus ou moins connues ou étudiées, que les conférenciers se sont proposé de mettre au jour. Cette Journée d’Etudes s’inscrivait dans l’axe 1 du programme de recherche du CEIIBA « Champs du savoir : conflits dans la définition et la constitution des archives », et donnera lieu à une deuxième manifestation, dans le prolongement de la première, à Saragosse l’année prochaine.

Les trois premières interventions ont concerné le XVIIIème siècle. Elena de Lorenzo Álvarez (Université d’Oviedo), dans sa communication intitulée « La censura de obras francesas en la España del siglo XVIII », s’est intéressée au processus de pré-censure civile que subissaient les œuvres françaises traduites en espagnol avant d’obtenir la licence d’impression, entre 1769 et 1808. Connaître les dessous de ce processus, considéré alors comme une mesure indispensable de « contrôle culturel », est important car il nous renseigne sur les principes idéologiques et esthétiques qui animaient le personnel des institutions chargées de cette tâche (Academia de la Historia, Academia de la Lengua, Consejo de Estado, etc.). Et il se trouve que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont souvent des critères esthétiques (style, erreurs grammaticales, etc.) qui présidaient au choix de censurer ou de demander la modification d’une œuvre donnée, faisant ainsi du censeur une sorte de « correcteur » avant la lettre. Dans l’intervention suivante, Cécile Mary Trojani (« Un joven vasco en Toulouse a mediados del siglo XVIII » ; CEIIBA) a étudié la formation au XVIIIème siècle d’un réseau liant le Pays Basque à la ville de Toulouse, notamment en raison de l’attractivité du collège jésuite de ladite ville, où plusieurs jeunes nobles basques firent leurs études à cette époque. Ce mouvement a été initié en 1740 par le comte de Peñaflorida, qui y envoie son fils Javier María de Unibe, le futur fondateur de la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País (1765). Ce réseau semble s’être tissé à partir d’affinités scientifiques et idéologiques : adhésion d’une partie de la noblesse basque aux idées des Lumières, réputation scientifique des jésuites de Toulouse, Académie provinciale des Sciences de Toulouse, etc. Enfin, Emilie Cadez Ortola (« Pensar más allá de las fronteras : el caso de fray Juan Agustín Morfi (1735-1783) » ; CEIIBA) a analysé les rapports intellectuels et personnels qu’entretenait fray Juan Agustín Morfi avec la France et les Français, que ce soit à partir de sa bibliothèque, de ses écrits ou de son réseau d’amis. Ce dernier point est important étant donné que Morfi a côtoyé de nombreux Français au cours de ses pérégrinations (il a été notamment chapelain de Théodore de Croix à partir de 1776). Cette communication a insisté sur l’ambivalence qui caractérisait le rapport de Morfi aux Français : tout en s’inspirant de leurs idées dans l’optique d’encourager le développement économique de l’Empire espagnol, il montre parfois envers eux une certaine aversion notamment en raison de la diffusion de la fameuse Légende Noire. En fin de matinée, Santiago Arroyo Serrano (« Intercambios intelectuales entre Francia y España : un diálogo auténtico desde la tradición filosófica española » ; Université de Salamanque), s’est intéressé à la figure d’Alain Guy, qui consacra sa vie à essayer de réhabiliter la philosophie et la pensée espagnoles, injustement ostracisées et méprisées. Le travail d’Alain Guy a contribué à tisser de nombreux liens entre l’Espagne et la France, et plus particulièrement entre Salamanque et Toulouse, liens qui perdurent jusqu’à aujourd’hui, et que le CEIIBA entend justement entretenir.
Les trois premières interventions de l’après-midi se sont consacrées aux échanges qui s’effectuèrent dans des contextes belliqueux au XIXème siècle. Tout d’abord, Pedro Rújula, de l’Université de Saragosse (« Las memorias de los combatientes franceses en la Guerra de España (1808-1814) : vivir, escribir, publicar ») a étudié le parcours de certains vétérans de la guerre d’Espagne qui publièrent leurs mémoires de guerre. Ces œuvres, qui transmettent une sensation d’immédiateté en tant que témoignages provenant de protagonistes des événements, ont souvent été considérées comme des sources historiques à part entière. Toutefois, Pedro Rújula s’est attaché à mettre en lumière les mécanismes de transformation de l’expérience vécue par le processus d’écriture, se déroulant souvent plusieurs années après les événements. Ainsi, ces œuvres doivent être manipulées avec précaution, eu égard à l’ensemble de filtres – émotionnels, politiques, éditoriaux, etc. – qui s’est intercalé entre l’expérience vécue et l’expérience racontée. Ensuite, Zineb Meghraf (« ‘Diario de un testigo de la Guerra de África’ o el posicionamiento político de Pedro Antonio de Alarcón frente a la Guerra de África (1859-1860) » ; CEIIBA) s’est intéressée à l’influence qu’a eue l’expérience de guerre de Pedro Antonio de Alarcón sur l’évolution de son positionnement politique. Et il se trouve justement que dans son cas, l’expérience de l’altérité que lui a procurée la guerre livrée par l’Espagne au Maroc a modifié radicalement ses positions sur la légitimité d’une telle guerre. Quant à la communication d’Alexandre Dupont (« La frontera como espacio político : una aproximación metodológica », Université de Strasbourg »), elle a eu pour objet l’étude des réseaux clandestins qui se mirent en place à l’époque de la Deuxième Guerre Carliste (1872-1876) et qui permirent la circulation de soldats des deux côtés des Pyrénées, faisant de cette frontière un espace politique à part entière échappant souvent aux volontés de contrôle étatique. La Journée d’Etudes a été conclue par l’intervention d’Alet Valero (« Azaña viajero y el PNT (1930-1931) » ; CEIIBA), la seule qui concernait le XXème siècle. Elle avait pour objet le rôle déterminant que joua le Président du Conseil de la 2ème République, Manuel Azaña, dans l’évolution d’un organisme créé sous la dictature de Primo de Rivera, le PNT (Patronat National au Tourisme), qu’il oriente vers un tourisme tourné vers des couches sociales plus larges y compris nationales, jetant ainsi les bases d’une Espagne capable de devenir une des premières destinations touristiques.

Le CEIIBA tient à remercier chaleureusement les organisateurs et participants, ainsi que le public d’étudiants et de chercheurs, qui a répondu présent à l’invitation et a contribué au succès de cette Journée. Enfin, nous adressons nos remerciements au CADIST d’Espagnol de la BUC, dirigé par Marianne Delacourt, pour son aide et soutien logistiques, notamment bibliographiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.