Codex Borbonicus: Dialogue entre physiciens et historiens autour d’un trésor de Mésoamérique

Le Mexique précolombien ainsi que les différents peuples qui s’installèrent sur le territoire ont été et sont encore aujourd’hui l’objet d’investigations et de questionnement perpétuels. Les vestiges archéologiques ainsi que les traces écrites sont, à ce jour, les sources de connaissances les plus fiables que nous avons à notre disposition. Malheureusement, peu de manuscrits précolombiens ont survécu à la conquête espagnole. Parmi les quelques codex d’origine aztèque retrouvés, le codex Borbonicus est l’un des héritages les plus précieux qui ait pu être préservé jusqu’à ce jour. Conservé à la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France (Paris) sous la cote Y120, ce manuscrit ne cesse d’éveiller la curiosité et d’être au cœur de nombreux débats. L’une des questions qui reste, pour l’instant, en suspens, concerne notamment la datation de cet important manuscrit. Alors que pour certains spécialistes la réalisation du Borbonicus serait antérieure à l’arrivée des Espagnols, pour d’autres elle se situerait d’avantage au début de la conquête.

Dans le cadre de ce débat une journée d’étude s’est tenue le 17 octobre 2017, à l’auditorium du C2RMF (Paris) afin d’exposer les conclusions d’un travail d‘analyse des composants du manuscrit débuté en 2013. L’événement appelé « Lumières sur le Codex Borbonicus : De l’historien au physicien : lectures croisées » a donc réuni plusieurs spécialistes de disciplines diverses dans le but de mettre en perspectives les différents travaux de recherche à la fois de nature physico-chimique et historique afin d’essayer de déterminer des éléments propices à la datation du manuscrit.

Dans un premier temps, le directeur de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France, Patrick Montambault, a retracé avec passion l’historique de ce trésor aztèque. Conservé tout d’abord à la bibliothèque du monastère de l’Escorial à Madrid (Espagne), le Codex Borbonicus a, semble-t-il, était volé puis revendu. L’époque de la revente du document est pour le moins incertaine. Deux périodes de troubles en Espagne sont privilégiées: La campagne française menée par Napoléon I en Espagne de 1808 à 1814 et celle de Louis XVIII lors de la bataille du Trocadéro en 1823. La seconde hypothèse semble -à priori- la plus plausible puisque le manuscrit fut acquis lors d’une vente aux enchères en 1826 par le bibliothécaire de l’Assemblée Nationale, Pierre-Paul Druon. Le Codex Borbonicus était, dans un premier temps, perçu comme une œuvre insolite, destinée à intégrer le futur cabinet de curiosité du bibliothécaire. Personne n’avait alors encore conscience qu’il s’agissait d’un manuscrit rare, dont le contenu à caractère divinatoire, calendérique et rituel était utilisé par les aztèques.

Dos de Mayo- Francisco de Goya- Le 2 mai 1808, le peuple espagnol se soulève contre les troupes françaises  dirigées par Napoléon I

Les caractéristiques physiques ainsi que l’organisation et le contenu du codex mis en avant par Nathalie Ragot sont tout aussi impressionnants. Mesurant 14 mètres de long, le Borbonicus était à l’origine composé de 40 pages, mais l’exemplaire acheté par Druon n’en comporte que 36 puisque les deux premières et deux dernières pages du manuscrit ont probablement été arrachées par le vendeur pour éviter toute traçabilité puisqu’elles contenaient le sceau de la bibliothèque de l’Escorial. Le contenu du Borbonicus repose sur l’alternance de trois cycles principaux, le tonalpohualli (compte des jours), le xiuhpohualli (compte des années) et le xiuhmolpilli (cycle de 52 ans). Par ailleurs, Danièle Dehouve a elle aussi souligné l’originalité du manuscrit puisqu’il montre le cycle de 52 ans et non pas les 18 vingtaines du xiuhpohualli. En ce sens, elle émet l’hypothèse selon laquelle la troisième section nous montrerait non pas une, mais deux années de transition célébrées par la cérémonie du Feu Nouveau marquant le commencement d’un cycle de 52 ans. Cela signifierait alors que deux années seraient condensées en une seule représentation.

Cérémonie du Feu Nouveau, Codex Borbonicus p.34 Image provenant du site de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France (Paris)

C’est avec l’intervention de José Contel que la représentation des divinités a été d’avantage approfondie. La présence récurrente du dieu de la pluie Tlalloc (ou Tlaloc) dans le Borbonicus a permis d’analyser les atours de la divinité affirmant ainsi que la représentation iconographique du dieu se situe dans la lignée de celle des codex d’origine préhispanique. Cependant, les représentations de Tlalloc ne sont pas les seules qui s’inscrivent dans une tradition pré-cortésienne puisque l’analyse iconographique des tlamacazque (prêtres) faite par Sylvie Peperstaete semble elle aussi suivre les règles de l’art précolonial. Par ailleurs, José Contel a montré à travers l’analyse de la treizaine 1-Pluie, que le tonalpohualli était étroitement lié aux fêtes des vingtaines. En outre, il avance que l’analyse du contenu peut également nous permettre d’émettre de nouvelles hypothèses sur l’origine géographique du manuscrit.

Tlalloc dieu régent de la septième treizaine, Codex Borbonicus, p.7, image provenant du site de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de France (Paris)

Au-delà du contenu du Borbonicus, ce sont également les composants du manuscrit eux-mêmes qui ont été l’objet de travaux de recherche. Dans une démarche codicologique, Katarzyna Mikulska a procédé à une comparaison du Codex Borbonicus avec le Codex Borgia et le Vaticanus B, mettant ainsi en évidence les similarités des corrections présentes dans le Borbonicus et le Borgia ainsi que les traits témoignant d’un pré-travail présents à la fois dans le Vaticanus B et le Borbonicus. Ces nouveaux éléments, renforcés par les travaux de Nicolas Latsanopoulos, viennent d’avantage souligner le fait que le Borbonicus s’inscrit clairement dans une tradition préhispanique.

Pour clôturer cette journée d’études, Elodie Dupey Garcia a dressé un panorama des couleurs et matières utilisées à l’époque préhispanique en soulignant l’origine organique des pigments utilisés dans les manuscrits. Les pigments présents dans le Codex Borbonicus ne dérogent pas à la règle puisque les travaux de Fabien Pottier ont permis -grâce à la mise en perspective de l’imagerie hyper-spectrale et des sources écrites européennes et américaines- d’écarter la présence d’encre européenne et d’attester de l’homogénéité du support ainsi que de l’utilisation exclusive de colorants d’origine végétale ou animale. Les résultats obtenus concluent donc à l’absence d’intervention européenne (en ce qui concerne la nature des composants du codex). Toutefois, ils ont également conduit à une découverte majeure : La présence de deux colorants particuliers. Le bleu de la deuxième partie du codex, différent de celui de la première, est un pigment pur qui est présent dans d’autres manuscrits mésoaméricains mais sous forme laquée. La présence d’un pigment brun retrouvé pour la première fois dans ce type de manuscrit pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un composant européen mais cette hypothèse est réfutable puisque les sources écrites traditionnelles mésoaméricaines mentionnent l’existence de la plante dont l’extrait était utilisé pour la réalisation de ce pigment. Néanmoins, ce composant vient confirmer la rareté du Borbonicus puisqu’il n’a, pour l’heure, jamais été retrouvé dans quelque autre manuscrit. Malgré ces découvertes, l’utilisation de la spectroscopie n’a pas permis de dater précisément le codex mais elle laisse cependant la possibilité de comparer les résultats avec ceux obtenus pour d’autres manuscrits puisque Davide Domenici et son équipe ont également analysé des codex d’origine pré et postcoloniale.

Bien qu’à l’issue de cette journée certains spécialistes tiennent la découverte de pigments purs pour preuve d’une datation postcoloniale du codex, aucune intervention européenne n’a été clairement décelée et il est donc encore difficile d’attester de manière définitive d’une origine antérieure ou postérieure à la conquête. Le mystère perdure donc quant à la datation du manuscrit mais également en ce qui concerne son origine géographique qui, pour le moment, semble encore incertaine. Néanmoins, la technique de spectroscopie utilisée dans l’analyse des composants du Borbonicus a révélé de nouvelles données qui nous permettent de connaître d’avantage ce codex nous laissant ainsi la possibilité de procéder à une étude comparative des constituants de divers manuscrits pré ou postcoloniaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.