In tlilli in tlapalli. Mythes et Histoire dans les codex du centre du Mexique

 Anthropologue mexicain et mesoaméricaniste, Miguel Leon-Portilla a dédié une grande partie de sa vie à l’étude du Mexique préhispanique, à la langue, à la littérature et à l’Histoire des habitants qui peuplaient ce territoire avant l’arrivée des Espagnols. Décédé en octobre 2019, le chercheur a reçu les hommages de son pays ainsi que ceux du monde entier du fait de sa renommée internationale. La Journée d’Etudes In tlilli in tlapalli. Mythes et Histoire dans les codex du centre du Mexique  qui s’est tenue à la MUFRAMEX le 13 décembre 2019 a ainsi été l’occasion de profiter de la venue de chercheurs de renom pour rendre un hommage à cette figure des études mésoaméricanistes tout en perpétuant une tradition bien ancrée à Toulouse, celle des études sur les Amériques.

Enseignant à la UNAM (Mexico), ami et successeur de Leon-Portilla, Patrick Johansson a retracé la vie et la carrière de l’anthropologue mexicain grâce à des archives inédites dont plusieurs mettaient en avant son amitié avec Georges Baudot, l’une des figures majeures à avoir contribué au développement des études mésoaméricanistes à Toulouse. Enseignant-chercheur à l’université du Mirail, Georges Baudot dispensait déjà des cours de nahuatl et était directeur de l’IPEALT, aujourd’hui connu comme l’IPEAT et dirigé par l’un de ses disciples devenu à son tour enseignant-chercheur, José Contel.  

A la suite de cette émouvante semblanza, la matinée a été dédiée à la thématique historique présente dans les sources du centre du Mexique. En premier lieu, Patrick Hajovsky de l’université Southwestern (Texas, Etats-Unis) s’est intéressé à la transition entre la culture orale et la culture écrite et notamment aux manifestations du glyphe anthroponymique de Moctezuma Xocoyotzin dans la sculpture ainsi que dans les codex. Il semblerait que Moctezuma Xocoyotzin ait profité de la renommée de son arrière-grand-père, Moctezuma Ilhuicamina, fondateur de la puissance aztèque, pour que le nom des deux souverains soit associé et que le petit-fils jouisse de la réputation de son ancêtre. Cette assimilation entre les deux Moctezuma peut être perçue dans des glyphes « hybrides » qui réunissent des éléments permettant de nommer chacun des deux hommes. Mais si l’histoire du souverain mexica est particulièrement détaillée, il n’en va malheureusement pas de même pour l’histoire de Tezcoco et de ses deux tlatoanime : Nezahualcoyotl et Nezahualpilli. En effet, comme l’a expliqué Patrick Lesbre, peu de sources portent sur la cité voisine de Mexico-Tenochtitlan, pourtant également membre de la Triple Alliance. Le Codex Ixtlilxochitl est donc l’une de ces rares sources coloniales qui concernent Tezcoco. On y trouve représentés les deux souverains ainsi que les regalia soit ces objets associés à la royauté. Parmi les objets caractéristiques de Nezahualcoyotl, on distingue notamment le heaume et le bouclier tandis que Nezahualpilli revêt une cape de haut rang et un collier de jade de quatre rangs. Ces représentations particulièrement réalistes ont souvent été interprétées comme le fruit de l’occidentalisation ; or Patrick Lesbre souligne ici une prouesse technique puisque, selon lui, le peintre indigène aurait réussi à intégrer la culture préhispanique au modèle de l’époque coloniale. 

Il s’agirait d’une sorte de « photographie » faite par un indigène à partir d’objets préhispaniques connus. Les sources coloniales sont donc particulièrement riches et se révèlent indispensables à l’heure d’étudier l’Histoire de l’empire aztèque et sa conquête. Le Codex Vaticano A par exemple, livre un véritable récit détaillé des péripéties de la Conquête espagnole marquée par l’arrivée de Cortés en une année Ce-Acatl (Un-Roseau). Vient ensuite le massacre dans l’enceinte du Huey Teocalli lors de la fête de Toxcatl avant que Moctezuma ne soit tué. Or Patrick Johansson note qu’entre le dernier mois du folio 87 et le premier du folio 88, sept mois sont manquants. En 1521 est représentée la prise de Mexico-Tenochtitlan ainsi que la pendaison de Cuauhtémoc, l’ultime tlatoani mexica, qui apparaît au folio 89r. Même si ce manuscrit relate de manière précise les péripéties qui eurent lieu tout au long du processus de conquête, on pourrait toutefois déceler un problème de temporalité propre au Codex Vaticano A qui témoignerait de la difficulté des Espagnols à appréhender correctement le fonctionnement du cempoalapohualli

Bien que les sources du centre du Mexique nous permettent d’appréhender l’Histoire de l’empire aztèque, elles sont aussi indispensables à l’étude de la religion des peuples de Mésoamérique. Dans la cosmovision aztèque les dieux étaient omnipotents et omniprésents. Ils étaient l’incarnation de toutes sortes de phénomènes que l’iconographie se devait de refléter. Katarzyna Mikulska de l’Université de Varsovie (Pologne) explique notamment que les déités étaient représentées par une « mosaïque de signes », dont chaque élément était signifiant et dont certains avaient pour but de refléter les domaines d’action principaux des divinités et parfois même leurs théonymes. A partir de l’exemple de Xipe-Totec, « Notre Seigneur l’écorché », on note que différents attributs font écho aux domaines d’influence du dieu. Il est notamment représenté revêtant la peau écorchée d’une victime, faisant ainsi référence à son appellation principale, mais également à son lien intrinsèque avec le processus de régénération et de germination (du maïs principalement). Katarzyna Mikulska évoque également les plumes de l’oiseau tlauhquecholli ou spatule rose, récurrentes dans les représentations de Xipe-Totec. Cet oiseau, considéré comme guerrier mais aussi associé au soleil levant, fait écho à la lutte du dieu dans le processus de recréation, dans sa lutte constante pour renaître. Cependant, la présence d’attributs reflétant les théonymes principaux des divinités n’est pas symptomatique de Xipe Totec puisqu’une analyse similaire pourrait être appliquée aux autres déités et notamment à Chalchiuhtlicue « Jupe de jade » dont les représentations iconographiques se composent en grande partie du chalchihuitl comme l’a souligné Fiona Pugliese de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès. Après s’être intéressée à la treizaine Ce-Acatl (Un-Roseau) du Codex Borbonicus et plus particulièrement aux attributs distinctifs de la déesse de l’eau, Fiona Pugliese a analysé la symbolique du torrent aquatique qui apparaît sous la déesse. Souvent interprété comme un élément destructeur, le courant d’eau pourrait aussi être ici synonyme de création puisqu’on y retrouve la coiffe de Tlazolteotl, déesse de la procréation. Cet attribut, associé à la représentation de Chalchiuhtlicue, dont l’un des domaines d’action était celui de protectrice des naissances, pourrait être évocateur du processus de naissance. Tlazolteotl serait ici présente par ses attributs de coton mais aussi par ses armes de guerre. Tandis que l’enfant mis au monde était assimilé au captif pris sur le champ de bataille, la déesse incarnait la procréatrice archétypique et était donc intrinsèquement liée à la guerre et à Mixcoatl. La scène serait alors dotée d’un double symbolisme, soit le symbolisme immédiat d’un captif emporté par l’eau et le symbolisme métaphorique du nouveau-né incarné par l’archétype de Ce-Acatl, régent du signe de cette période. Enfin, lors de sa communication, José Contel de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès a également abordé l’une des périodes de treize jours présentent dans le Codex Borbonicus : la treizaine Ce-Quiahuitl (Un-Pluie) dont la divinité majeure est Tlalloc. En dessous de la déité régente apparaît un personnage jusqu’alors identifié comme Chicomecoatl, déesse de maïs et des subsistances. Or la glose « Papa mayor » a permis d’identifier le personnage non comme une divinité mais bien comme un prêtre qui porterait la peau de l’ixiptla de cette même déesse puisqu’on distingue notamment les mains de la victime sacrifiée. José Contel souligne les similitudes entre cette représentation et la onzième vingtaine, Ochpaniztli, que l’on retrouve dans ce même manuscrit et où est représenté un rituel en l’honneur de la divinité du maïs. A nouveau le prêtre revêt la peau d’une victime, ce qui fait écho aux descriptions de Diego Durán selon lequel, lors de la fête de Ochpaniztli, l’ixiptla de la déesse du maïs était sacrifiée sur un tas de subsistances. Pour José Contel, le Codex Borbonicus pourrait donc être la représentation d’un moment ponctuel ou d’une période historique pendant laquelle aurait pu avoir lieu une grande sécheresse, ce qui pourrait expliquer la présence d’un prêtre incarnant Chicomecoatl sous le dieu Pourvoyeur Tlalloc et donc la référence à des rituels destinés à favoriser les récoltes agricoles.

A l’issue de cette journée, les communicants ont mis en avant la nécessité de confronter les sources du centre du Mexique, qu’elles soient iconographiques ou écrites, préhispaniques ou coloniales, puisqu’elles sont toutes des fragments du passé indispensables à notre connaissance actuelle de la Mésoamérique. En ayant dédié une grande partie de sa vie à la connaissance de l’Histoire de ces peuples, Miguel Leon-Portilla a légué un héritage important qu’il convient d’exploiter mais également de perpétuer. 

Fiona Pugliese


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search