Séance 1 : Femme, discours littéraire féministe dans une perspective post-colonial : le cas de la Guinée-Équatoriale

Lors de cette séance inaugurant le séminaire méthodologique du CEIIBA, la communication de Dawoulé KOUASSI s’est centrée sur la façon dont la littérature aide à penser l’imbrication des rapports sociaux de sexe et le postcolonialisme dans l’actuelle Guinée-équatoriale. Elle a tenté d’identifier l’intégration de concepts tels que le « sexage » de la sociologue française Colette Guillaumin et les théories d’Hommi Bhabha et de Frantz Fanon dans la construction et la revendication des libertés individuelles des femmes guinéo-équatoriennes. 

Étant impossible, selon l’intervenante, d’aborder la question de poscolonialité sans parler de la colonisation, la Guinée-Équatoriale a été envisagée depuis la période pré-coloniale jusqu’à l’ère contemporaine, en passant par son accession à l’indépendance. Celà pour expliquer la postcolonialité, non pas comme la rupture de la période coloniale avec la période contemporaine, mais en tant que continuité, persistance de la colonialité du pouvoir, et l’impérialisme dans l’ère actuelle. Cette persistance se surimpose à la lumière des textes littéraires écrits par les écrivaines guinéo-équatoriennes et aide à penser l’imbrication des rapports sociaux de sexe, classe, race et genre.  

En effet, pendant la période précoloniale, les Portugais, Hollandais, Allemands, Français pour ne citer que ceux-là, se sont succédés en Guinée-Équatoriale. Ils s’y sont affrontés également pour avoir la mainmise sur le territoire équato-guinéen. Selon l’africaniste, essayiste Max Liniger Goumaz dans son livre d’histoire Brève histoire de la Guinée-Équatoriale, c’est par le traité de San Ildefonso signé le 1er octobre 1977, confirmé par celui de Pardo signé le 24 mars 1978, que le Portugal céda sa seigneurie la Guinée-Équatoriale à l’Espagne, avec tous les droits sur les îles Fernando Poo, île Bioko et Annobon. L’Espagne en tant que nouveau maître tenta d’hispaniser sa nouvelle colonie, c’est-à-dire de lui donner un caractère espagnol. Ce fut dès lors l’évangélisation et l’implantation du christianisme. Le catholicisme fut implanté à l’exclusion de tout autre mouvement religion, notamment l’église presbytérienne américaine du New Jersey et l’église baptiste. 

Face à cette expansion du catholicisme en Guinée-Équatoriale, le discours littéraire féministe équato-guinéen se veut de défaire et de déconstruire cette implantation et les dérives qui en découlent. La nouvelle génération d’écrivaines s’insurge contre l’expansion du christianisme et s’oppose ainsi au discours de Maria Nsue Angüe qui, dans sa publication Ekomo 1985, a présenté le christianisme comme salvateur. Aujourd’hui la nouvelle génération d’écrivaines présente une autre facette de la religion. En s’appuyant sur des textes tirés de Las tres vírgenes de santo Tómas de Guillermina Mekuy, Dawoulé KOUASSI, a montré comment la narratrice prend du recul par rapport à la religion et pointe du doigt les dérives qui en découlent. Ces dérives sont, entre autres, l’abandon des carrières professionnelles au détriment de la prière. Par ricochet, cet abandon entraîne le sous-développement de l’Afrique pour ne citer que ceux-là. Une séquence d’un film documentaire intitulé Memoria Negra et réalisé par Xavier Montanyà sur la Guinée-Équatoriale a été visualisée pour montrer le conflit qui existe entre le christianisme et les croyances et valeurs africaines. Les deux forces subsistent et exposent un syncrétisme religieux qui vient renchérir sur la définition de la postcolonialité comme continuité de la période coloniale dans la période contemporaine. 

En définitive, à travers la question de la religion, cette séance a mis en exergue des outils d’analyse de genre pour rejouer les rapports de sexes, de classes et de races. Ainsi la présence du catholicisme en Guinée-Équatoriale permet-elle de penser l’hybridité culturelle, interroger l’identité culturelle des peuples africains et questionner la place des femmes en Guinée-Équatoriale dans le développement de l’Afrique.

Dawoulé KOUASSI


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search