Séance 2 : Imaginaires sociaux et religieux. Amériques, Méditerranée

Cette deuxième séance du séminaire méthodologique s’est appuyée sur l’analyse de termes, de catégories et de concepts présentés comme nécessaires à l’étude des Amériques et de l’Espagne.

Menant des travaux de recherche sur les voyageurs espagnols en Méditerranée orientale et méridionale, Zeinab Meghraf s’est proposée, lors de sa communication aperturale, de revenir sur le terme-même de voyageur ou viajero en espagnol. Dans notre imaginaire collectif, soutenu et conforté par certains dictionnaires de référence tel que le TLF, le terme semble intimement lié aux loisirs, au plaisir, à l’aventure, à la découverte, à la littérature, … Or, ces associations reflètent-elles l’ensemble du spectre que couvre le substantif « voyageur » ? Selon les premières investigations de la communicante, il semblerait que le terme soit bien plus dense que cela. Afin de saisir la réduction de la figure du voyageur, Zeinab Meghraf a tâché de retracer l’évolution lexicographique du terme viajero. Cette enquête a permis d’inscrire le viajero au sein d’un large éventail de sujets itinérants. S’agissant du viajero en particulier, les définitions ont fait émerger trois données variables (le temps long, l’espace parcouru, l’écriture) qui ont récemment été soustraites des dictionnaires, assimilant étroitement de la sorte le viajero au touriste. Jusqu’à la fin du XXème siècle, le viajero était pourtant perçu au sein de la société, non pas comme un sujet itinérant oisif, mais comme un véritable professionnel. Ce dernier pouvant être militaire, médecin, espion, … Par ailleurs, les définitions analysées démontrent le rôle sociétal qu’on lui a longtemps assigné ; il a été considéré comme l’un des vecteurs de la bien-pensance. La taxonomie dégagée par cette étude lexicographique permettra de situer les différents voyageurs par rapport aux normes prescriptives qui se sont vraisemblablement imposées à eux, de repérer l’insertion de schèmes dans leurs écrits et d’identifier des individualités en opposition avec ces normes établies.

Dans un deuxième temps, Shems Kasmi a tâché d’aborder le concept de mixtura de gente. Issu du vocabulaire colonial, ce concept traduit l’intense processus de métissage que connut l’Amérique espagnole entre Européens, Amérindiens et Africains, créant ainsi, au fur et à mesure des décennies, une variété et une diversité presque infinies de types ethniques métis intermédiaires. Cette caractéristique a profondément marqué la configuration sociale des provinces hispano-américaines, en suscitant notamment un type de hiérarchisation et de stratification sociale où chaque individu était en théorie classé de haut en bas selon sa plus ou moins grande proximité avec le phénotype européen. Cette « idéologie coloriste » ou « hiérarchie de nuances », selon les expressions de Jean-Luc Bonniol (ou « pigmentocratie », selon celle de Alejandro Lipschutz) et la diversité ethnique qui l’avait engendrée, s’appuyaient sur une série de termes pour désigner chaque catégorie ou statut ethnique (« calidad »). Shems Kasmi a ainsi tenté de considérer ces termes dans la perspective d’une étude des mentalités et des représentations sociales hispano-américaines. Désignaient-ils, de façon neutre, des catégories préexistentes ou étaient-ils, au contraire, une façon de les forger et/ou de les façonner ? L’objectif de l’intervenant a été d’analyser le rôle joué par le terme, ses connotations, usages et évolutions, dans le processus de catégorisation socio-ethnique propre à l’Amérique hispanique, en considérant les enjeux de pouvoir liés à l’apparition, l’utilisation et l’assignation ou auto-assignation d’appellations pour se référer à un groupe donné. L’analyse a été, plus particulièrement, circonscrite à l’emploi et à l’usage des termes mestizo, genízaro, mulato, zambo et pardo en Nouvelle-Grenade et au Venezuela entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Clôturant la séance, Fiona Pugliese s’est, quant à elle, attachée aux théories de fusion et de fission des divinités mésoaméricaines principalement développées par l’anthropologue mexicain Alfredo Lopez Austin. Foisonnant et complexe, tel était le panthéon mésoaméricain aux yeux des Espagnols. Selon certains d’entre eux, les Aztèques avaient près de 2000 divinités, chacune étant l’incarnation d’un phénomène, d’une action, d’un cycle. Or, si la construction du panthéon du Nouveau Monde a souvent échappé aux Occidentaux, une logique organisatrice semblait être sous-jacente. Les concepts de fusion et de fusion trouvaient, ici, une explication à la quantité indénombrable de divinités mésoaméricaines. Plusieurs déités pouvaient fusionner afin d’incarner une nouvelle entité divine et, à l’inverse, une seule et même divinité pouvait se scinder en une multiplicité de déités. Selon Fiona Pugliese, appréhender les phénomènes de fusion et de fission au sein des religions mésoaméricaines est la clé indispensable de la compréhension de la cosmovision de ces peuples pour lesquels la religion était omniprésente. Concernant cette cosmovision, l’intervenante a prolongé sa réflexion en questionnant l’organisation en système des divinités mésoaméricaines. Cette hiérarchisation est-elle réelle ou découle-t-elle d’une vision structuraliste et d’une perception occidentale du panthéon ? D’ailleurs, si nous partons des définitions que Grégoire Schlemmer donne du panthéon, pouvons-nous vraiment parler de panthéon dans le cas des religions de Mésoamérique ? En prenant en compte les réflexions de Gilles Tarabout à propos du panthéon hindou, nous nous devons d’analyser les divinités « en contexte » sans pour autant procéder à une catégorisation statique des choses. 

Qu’il s’agisse du terme viajero, du concept colonial de mixtura de gente ou de théories comme celle de fusion/fission, cette séance a eu pour objet d’illustrer la distance critique que se doit d’adopter le chercheur face à des constructions mentales parfois bien ancrées dans nos imaginaires. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search