Nouvelles cartographies culturelles (2021-2025)

« Nouvelles cartographies culturelles » 

Notre nouvelle thématique commune pour le prochain contrat s’intitule « Nouvelles cartographies culturelles ». Notre outillage intellectuel étant déjà, de fait, au cours du contrat en cours et de la réflexion sur les archives et les contre-archives, celui de la cartographie des cultures que nous étudions, nous bifurquons vers un autre modèle de connaissance, celui de la conceptualisation cartographique (au propre comme au figuré), ce qui nous conduit à repenser nos modèles d’interprétation à partir des circulations culturelles.

L’unité a en effet pour projet, tout en s’appuyant sur les réalisations de la thématique « Archives et contre-archives », d’organiser, actualiser et donner à voir les relations entre les réalités socio-politiques et historiques des mondes ibériques et ibéro-américains et les représentations littéraires et artistiques qui ont pris forme dans une très longue diachronie, entre l’interprétation heuristique qui nous est chère (puisqu’elle est construite hiérarchiquement sous forme d’arbre ou d’étoile — l’arborescence étant un attribut essentiel de l’unité CEIIBA), et l’élaboration de formes plus libres, celles de réseaux de connaissances avec de multiples centres.


Nous prendrons appui sur la notion de cartographie sensible, qui représente une territorialité et un espace perçu et vécu différent selon les individus et les contextes dans lesquels ils ou elles évoluent, pour étudier les langages, l’art, la culture, la littérature, des espaces hispanique, américain, portugais, italien, amérindien. Nous suivrons ainsi à la trace des idées qui conceptualisent et qui ont conceptualisé le monde actuel et les mondes passés, nous inspirant des travaux de René Ceceña, Christian Jacob, François Hartog, Deleuze et Guattari, Walter Mignolo, Donna Haraway, entre autres. Nous voudrions proposer « des points de vue sur la réalité, de possibles visions du monde esquissées par différents prismes, par les profondeurs, par les mouvements, par le point de vie, par les périphéries, par le pouls, par les creux, par les disparitions et les ruines », produisant des savoirs situés, incarnés (Terra Forma, Manuel de Cartographies Potentielles, de Frédérique Aït-Touati, Alexandra Arènes et Axelle Grégoire, Éditions B-42, Paris, avril 2019.

L’unité sera structurée, au cours du nouveau contrat, en trois thèmes, qui déclineront la nouvelle thématique choisie par les membres du CEIIBA : « Nouvelles cartographies culturelles ». Les deux premiers thèmes seront structurés en sous-thèmes, suivant la structure du contrat en cours. Le nouveau thème ne sera pas structuré en sous-thèmes. La structure que nous avons adoptée pour la période débutant le 1er janvier 2021 est la suivante :

Thème 1. Cartographies des lieux de pouvoirs et de savoirs (Ca.Li.P.SA). Sous-thème 1. 1 : « Chaînes discursives et formes mémorielles » ; sous-thème 1. 2 : « Chaînes signifiantes de l’Amérique (pré)hispanique ».

Thème 2. Cartographies transféministes (carto.trans). Sous-thème 2. 1 : « Figures esthético-conceptuelles » ; sous-thème 2.2 : « Performativité des pratiques cartographiques ».

Thème 3. Cartographie de la Romanité.

 

Thème 1. Cartographie des lieux de pouvoir et de savoir (Ca.Li.P.Sa)

Les membres du thème 1 se proposent de reconsidérer la notion de cartographie(s) culturelle(s), à la lumière de leurs recherches et travaux confirmés. Ils interrogeront les processus de configuration des groupes humains, de délimitations, de constructions identitaires, culturelles, techniques, économiques et épistémologiques. Ces processus présupposent et/ou posent des lignes spatiotemporelles à une aire culturelle, à un segment chronologique, à la définition d’un concept laissant apparaître une cartographie qu’une approche renouvelée désignera comme « nouvelle ». Que les recherches portent sur les mondes précolombiens et leurs survivances à l’époque coloniale jusqu’à aujourd’hui, sur le Moyen Âge ibérique, le XVIIIe siècle et la période contemporaine, les membres du thème 1 ont déjà mis en place des dispositifs solides de questionnement qu’ils sont en mesure de pousser plus avant. Parce que le spectre de compétences est large, le cadre conceptuel l’est tout autant ; l’interdisciplinarité est ici consubstantielle et motrice. Durée, temps, chronologie inscrivent la généalogie, les héritages et le patrimoine au cœur des processus. 


Chaînes discursives et formes mémorielles

Cartes, écrits, icônes, idéogrammes, images de toutes provenances seront traitées dans une approche sémiologique ou sémiotique au sens large : déjà en soi, le support fait sens. Les savoirs seront ainsi localisés, et leur construction, matérialisée, objectivée, inscrite dans une circulation sociale, dans une approche dynamique et un cadre spatial et social. Les formes mémorielles seront dans cette présence nécessaire du passé dans la même perspective analytique permettant la prise en compte et le dépassement. Avec « cartographies culturelles, lieux de savoirs et de pouvoirs », l’accent sera mis sur l’obtention de produits de la représentation de l’imaginaire ou du réel. L’étude des émergences de formes diverses de la culture lettrée sera l’occasion de situer dans l’espace ibérique et ibéro-américain les figures des personnages chargés de l’écrire, clergé séculier et régulier, « philosophes », « ilustrados », libérateurs, « caudillos », « arbitristas », desterrados, entrepreneurs, militaires, voyageurs, émigrés, exilés, etc. Chaque fois, il s’agira de s’appuyer sur des voix situées remises en contexte, et sur leurs productions : nous avons pour objectif d’élaborer une topographie des lieux de culture qui prendra la forme de carte-objet, de visualisation matérielle de la recherche menée à bien à partir de représentations modélisées des quêtes de pouvoir, des temps les plus lointains au présent le plus immédiat.

 
Chaînes signifiantes de l’Amérique (pré)hispanique

La question de la re-définition nécessaire d’une (de la) cartographie pour certaines aires culturelles telle que la Mésoamérique est posée. Ce concept inventé par Paul Kirchhoff doit continuer à être amendé. Ceci doit à terme déboucher sur une réflexion sur une nouvelle cartographie culturelle de l’Amérique hispanique et préhispanique, voire de l’Amérique en général. Une question cruciale, intimement liée à la précédente est celle de l’historicité du passé indigène. En un mot, le monde amérindien aurait- il attendu l’arrivée des Européens pour entrer dans l’Histoire ? Pour chaque société, ses propres temporalités, ses propres régimes d’historicités. Ces chaînes signifiantes soulèvent des questions sur la notion de patrimoine, d’héritages, de continuum, survivances, syncrétismes et constructions identitaires. Les notions de branchements, ou encore de « logiques métisses », inventées par Amselle invitent à reconsidérer la façon dont on analyse le devenir des groupes indigènes entrés en contact avec la civilisation occidentale. Plutôt que de voir l’étape historique de la conquête et colonisation seulement comme un épisode de destruction, les cultures seront appréhendées comme « le produit d’un branchement, d’une dérivation opérée à partir d’un réseau de signifiants plus large qu’elle ». Ces notions nous serviront à re-penser les phénomènes de définition et auto-définitions identitaires et de reconstituer l’image des différents groupes sociaux de l’Amérique espagnole, en partant des discours des intéressés et en mettant l’accent sur la « plasticité » des cultures et des identités.


Mots-clés : Cultures / Savoirs / Pouvoirs / Textes / Héritages et patrimoines

 

Thème 2. Cartographies transféministes (carto.trans)

Les savoirs situés et les épistémologies décoloniales, féministes et queer, posent le problème de la critique des représentations et des catégories. Après avoir examiné cette question à travers la notion de « contre-archive » qui nous a permis d’étudier une série de corpus isolés, nous nous proposons de la traiter à partir des figures conceptuelles – par exemple la Cyborg (Haraway), la New Mestiza (Anzaldúa), les sujets nomades (Braidotti), les netianas (Zafra) – qu’ont mis en circulation des discours féministes contemporains. Notre hypothèse est que ces figures nous permettront l’élaboration de cartographies dissidentes qui feront apparaître des convergences, des transversalités et des alliances dans l’archipel des contre-archives minoritaires que nous avons pu repérer.


Afin d’interroger la topologie des pouvoirs et des oppressions, la localisation spatio-temporelle des sujets, leur « territorialisation », de questionner les catégories et le pouvoir de catégoriser, nous nous proposons de réinvestir la notion de cartographie telle que la modélisent Gilles Deleuze et Félix Guattari dans leurs travaux (Rhizome, Mille plateaux, Qu’est-ce que la philosophie). La cartographie sera donc comprise en tant que pratique, mouvante, dynamique et opérationnelle. On considèrera les processus de territorialisation, déterritorialisation et reterritorialisation et non plus le « Territoire », ou encore la cartographie comme « nomadologie ». Suivant cette perspective, la notion de « personnage conceptuel » (Deleuze et Guattari, Qu’est-ce que la philosophie, 1991) sera revisitée à partir des figures esthético-conceptuelles que produisent les modélisations féministes contemporaine. Il s’agira de confronter l’identité territoriale stable et les multiples « seuils » et « hybridités » engagés dans les processus « d’identités négociées » (Femenías), d’analyser les déterritorialisations utopiques que ces dernières engagent dans les politiques des représentations qui les portent.


Deux orientations marqueront nos travaux sur ces cartographies transféministes :

  1. Figures esthético-conceptuelles. Ce projet, plutôt théorique, confrontera le personnage conceptuel que définissent Deleuze et Guattari et les figures esthético-conceptuelles que les discours féministes mobilisent
  2. Performativité des pratiques cartographiques. Ce projet étudiera :
  3. a) d’une part les rapports entre performativité et spatialité, à partir de l’analyse des pratiques déviantes des espaces normés et segmentés.
  4. b) d’autre part, les modes d’articulation entre les territoires resignifiés par les politiques post-identitaires queer et leur rapport aux espaces hégémoniques.


Mots-clés : Transféminismes / Arts et littérature / Performativité / Etudes genre et queer / Intersectionnalité

 

 

Thème 3. Cartographie de la Romanité : vers une nouvelle définition d’un concept ancien

D’après la perspective des études culturelles, on entend par ‘culture’ l’ensemble des productions de la créativité comprenant les formes canoniques (arts, littérature, musique, théâtre etc.) et les formes non canoniques (par exemple : la chanson, la bande dessinée, le roman graphique, la paralittérature, l’art performance ou poésie d’action, l’audiovisuel entre autres).
 

Les « Cultures Romanes » représentent donc le vaste ensemble des cultures des régions du monde où l’on parle et où l’on a parlé les langues romanes, où les diverses productions culturelles ont échangé et échangent entre elles, créant des dynamiques interculturelles liées à des contextes historiques et sociaux, en d’autre termes des hybridations : un exemple très parlant est celui des grandes migrations de, vers et dans l’espace méditerranéen et de la production littéraire, artistique, documentaire issue de ces expériences (on songe au phénomène de la littérature dite de la migration) mais aussi, dans le domaine linguistique, aux échanges et emprunts, ainsi qu’aux évolutions communes à l’intérieur de ce large territoire que l’on appelle aire romane. Mais si le Latium en est le berceau, l’aire romane dépasse largement la Méditerranée, et l’on en trouve les confins à l’ouest, en Amérique, au sud, en Afrique et à l’est de l’Europe. La caractéristique de la romanité, de fait, est d’avoir su s’exporter bien au-delà de son lieu originel : près de 430 millions de locuteurs parlent une langue latine, ce qui équivaut à dire que 7,9% de l’humanité appartiennent à la culture romane de façon exclusive ou partagée. 

L’approche transversale des études culturelles nous permet de mettre en résonance des objets de recherche de ces différentes zones de l’aire romane mais aussi, à l’intérieur de ce vaste espace, de prendre en compte plusieurs champs, avec la possibilité de partenariats ou codirection de travaux dans différents secteurs comme la sociologie, l’ethnologie, l’histoire, l’histoire des arts, la musicologie, etc. L’intérêt scientifique de cet angle d’approche est de montrer comment l’identité culturelle actuelle se nourrit de la circulation matérielle et virtuelle de produits divers (y compris les formes populaires et subalternes déjà étudiées pendant le contrat en cours), dont il est utile de montrer l’impact, à l’intérieur d’un espace plurilingue où cependant la matrice latine – en plus de conditions historiques spécifiques favorables aux échanges (politiques, humaines, économiques) – a pu faciliter les échanges, conservation, traduction, circulation des œuvres et des idées. C’est cette tension entre une origine commune et des destinées variées qui définit, dynamiquement, le concept de romanité où se conjuguent le semblable et le dissemblable, l’identique et le divers.

Mots-clés : Aire romane / Échanges / Phénomènes cultuels et linguistiques marginaux / Hybridation(s) / Transferts

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search