1ère JE des doctorant.es « le dessous des cartes : itinéraires des savoirs »

 

La première Journée d’Études des doctorant.es du CEIIBA, éminemment interdisciplinaire, a été marquée du sceau de la Cartographie, en étroite corrélation avec le programme de recherche de notre laboratoire intitulé « Nouvelles cartographies culturelles ».  

Bien sûr, le terme « cartographie » nous renvoie immédiatement à l’idée de mobilité et celle-là n’est pas exclue de nos préoccupations scientifiques, loin s’en faut ! Mais par cette thématique de « nouvelles cartographies culturelles », nous entendions également mettre au jour ou réévaluer les connexions culturelles qui existent dans les espaces considérés (hispanique, américain, portugais, italien, amérindien). Les systèmes en réseau, qu’ils soient matériels ou non, effectifs ou imaginés voire imagés, ont ainsi été au cœur de cette problématique.

Sur le fond comme sur la forme, cette Journée consacrée aux études des doctorants s’est donc voulue matérialisation de cette thématique. Parlons tout d’abord de la forme. Nous avons mis un point d’honneur à repenser les schèmes établis. Ainsi, dans un souci de transdisciplinarité, les communications n’ont pas été regroupées comme à l’accoutumée par aires géographiques (en confrontant d’ailleurs exclusivement la péninsule ibérique et l’Amérique Latine).  Elles n’ont pas non plus été scindées par affinités scientifiques déjà prédéfinies. Non, nous avons tenu à mettre en évidence les ponts, les interactions conceptuelles et culturelles qui existent indéniablement entre les divers travaux, tout thème confondu. Il s’est agi, en quelque sorte, de redessiner les contours de la cartographie actuelle des études menées au sein du CEIIBA.

Venons-en au fond à présent : l’objectif poursuivi était de mettre en lumière plusieurs systèmes de représentations des jeunes chercheurs du CEIIBA dans une perspective de co-construction des savoirs. Reposant sur le concept commun de « cartographie », les diverses interventions se sont articulées autour de la thématique traditionnelle de la mobilité, autour du domaine de la Géographie, telle la communication de Manuel Seco Lamas qui a fait état de la façon dont différentes institutions ont cartographié les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cela étant, les interventions ont également constitué des terrains propices au remaniement sémantique dudit concept. Grâce à la communication de Johan Puigdengolas nous avons investi le domaine du littéraire et des topographies textuelles par le biais de l’œuvre alfonsine : le Setenario. L’étude des mots a pareillement été au centre de l’intervention de Fiona Pugliese. L’onomastique, plus précisément, lui a permis de tisser la toile d’influence de Chalchiuhtlicue : la déesse de l’eau chez les Aztèques. Avec Shems Kasmi, nous avons vu se dessiner la cartographie non pas de l’évolution de la civilisation Muisca (civilisation préhispanique des Andes colombiennes) mais celle de la perception de cette civilisation au fil des siècles. Avec Flavia Tijerino et Sophia Sablé, nous nous sommes plongés dans les ramifications des RSN (Réseaux Sociaux Numériques) sur lesquels s’appuient des groupes féministes méso-américains et argentins dans leurs combats politiques.

Cette Journée d’études a largement dépassé les résultats escomptés ; non seulement elle a favorisé un décloisonnement, tant au niveau thématique que méthodologique, des études menées au sein de chaque noyau scientifique que recoupe le CEIIBA, mais elle a également été le lieu de prise de rendez-vous pour de futures collaborations inter-thèmes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search